Quand Willy Bernard remet le couvert...


Rédigé par - Angers, le 16/08/2013 - 08:00 / modifié le 16/08/2013 - 08:10


Next Generation, la société créée par l'ancien président d'Angers SCO, Willy Bernard, a été placée en liquidation judiciaire à la fin du mois de juin dernier. Comme pour AB Fenêtres, sa précédente affaire cinq ans plus tôt, elle laisse des centaines de clients dans la panade partout dans le Grand Ouest.



Willy Bernard (photomontage - DR)
Willy Bernard (photomontage - DR)
la rédaction vous conseille
C'est ce qui s'appelle avoir le sens des affaires... Cinq ans après la liquidation rocambolesque d'AB Fenêtres, sa première entreprise de pose de fenêtres et menuiserie aluminium, Next Generation, la société fondée dans la foulée par Willy Bernard, l'ancien président d'Angers SCO (1), vient d'être à son tour mise en liquidation judiciaire.

La décision du tribunal de commerce de Paris remonte au 25 juin, mais elle n'a été rendue publique que très récemment dans la presse et, sur Angers, seulement mardi par nos confrères du Courrier de l'Ouest. Mais plus que la fin de cette société, spécialisée dans le conseil et la vente de systèmes de production photovoltaïque, c'est bien la colère de ses clients qui commence à se manifester dans les médias, après s'être exprimée depuis plusieurs mois sur des forums spécialisés dans les arnaques.

Sur l'un d'entre eux - lesarnaques.com -, des dizaines de personnes flouées ont posté depuis février doléances, coup de sang et demandes de renseignements et d'aide. La plupart ont contracté des prêts conséquents pour se faire poser des installations photovoltaïques au final incomplètes, mal montées et, pour une partie même, non raccordées au réseau.

Des centaines de clients floués

Plusieurs associations de défense des consommateurs, dont la Confédération syndicale des familles (CSF), ont été alertées. Mais c'est surtout auprès du Groupement des particuliers producteurs d'électricité photovoltaïque (GPPEP) que se sont manifestées les victimes. Créée en 2009 pour précisément prévenir les arnaques, cette association nationale estime à plus de 3 000 le nombre de "dossiers problématiques" autour de Next Generation.

"On savait depuis longtemps que cette société n'était pas sérieuse. On a eu échos de commerciaux, sans aucun scrupule, n'hésitant pas à se présenter de la part d'EDF ou d'ERDF, et à revendiquer des labels que l'entreprise n'avait pas. Nous avons fait signaler à plusieurs reprises ces problèmes auprès des Directions départementales de la protection publique" explique Didier Michaud, son secrétaire national.

Plusieurs des clients floués résident en Maine-et-Loire où Next Generation a compté deux agences (Angers et Cholet). Près de Saumur, le maire de Distré, Éric Touron, avait mis en garde ses administrés en février 2012 contre les démarcheurs de l'entreprise. Une initiative qui lui avait valu au passage d'être poursuivi en diffamation par Next Generation. Mais l'élu a été relaxé.

Au parquet d'Angers, aucun mouvement particulier de plaintes n'a été enregistré à ce jour, selon François Touron, procureur adjoint. En juin dernier, lors de l'étude de l'appel interjeté contre Éric Touron (finalement rejeté), Brigitte Angibaud, avocat général et ex-procureur d'Angers, avait indiqué que 26 procédures, dont 10 pour escroqueries, avaient été engagées (mais en France) contre Next Generation. Combien aujourd'hui ?

La banque se dit elle-aussi "victime"

En coulisse, une entreprise financière s'attache à déminer le terrain et limiter la casse. Liée au groupe LaSer (Cofinoga), Sygma Banque, l'ex-partenaire de Next Generation (c'est elle qui proposait les solutions de financement), a pris contact avec les "438"clients non raccordés" pour proposer de finaliser leur installation avec un nouveau prestataire, Sweetcom.

"Plus de 300 ont accepté d'étudier la proposition, c'est plutôt un bon retour" commente Sylvie Quéré, la directrice communication du groupe Laser. Discrète sur le propre préjudice de Sygma, elle précise simplement que la banque se trouve "elle aussi victime" de la chute de Next Generation. Mais, à sa connaissance, Sygma n'envisage pas de se retourner contre son ex-partenaire privilégiant la négociation avec les clients pour préserver ses intérêts.

Selon nos sources, le volume des affaires en jeu serait de l'ordre de 6 à 8 millions d'euros. "En travaillant avec Next Generation, la banque savait pertinemment qu'elle prenait un risque. Willy Bernard n'était pas non plus un inconnu" indique l'une d'entre elles.

Difficile, en tout état de cause, de ne pas faire le rapprochement entre la fin de Next Generation et celle d'AB Fenêtres, la première entreprise de Willy Bernard, liquidée fin 2008, après avoir connu un développement aussi rapide qu'éphémère. À l'époque et en quelques mois seulement, les agences commerciales avaient fermé les unes après les autres et des dizaines de clients s'étaient retrouvés, du jour au lendemain, dans des difficultés identiques. Comme une histoire qui se répète.

(1) Après sa condamnation en juin 2011 - deux ans de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction de gérer pour abus de biens sociaux et faux en écriture alors qu'il dirigeait le club de foot -, l'entrepreneur sarthois avait placé, par défaut, des proches à la tête de l'entreprise. Mais, exilé au Maroc, il en est resté le patron, conservant au passage la présidence d'une holding - Next-Generation holding - basée en zone franche offshore à Tanger.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

7.Posté par furet le 16/10/2013 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le probleme le train de vie, mais Willy bernard a fait confiance a ceux qui l 'entouraient , et le directeur des achats pdg --desormasi D2O continue avec les mêmes et un ancien venderu et les deu freres et l ex pdg qui achetrait pour eux Donc le fil est à nouveau identique mais pas organise de la meme facon et pourtant les deux freres ont un don------------

6.Posté par furet le 16/10/2013 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais le train de vie et les méthodes des achats ont été particulières . Certains produits n 'ont pas été choisis pour leur qualité mais autre chose , et D2O désormais avec les memes et on recommence

5.Posté par Hop Hop le 13/10/2013 00:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce document est 100% à charge. Il ne dit donc pas toutes les vérités. La preuve, un internaute se demande comment les banques peuvent-elles prêter à ce genre d'individus. Erreur, cet individu n'a été suivi par aucune banque. Le partenaire financier "Sygma" financait des particuliers pour leur installation, c'est tout. Comme c'est de coutume dans toutes les opérations du secteur.
Willy Bernard a un train de vie un peu particulier, c'est vrai. Il s'est extrêmement bien entouré, ce qui a aidé cet...

4.Posté par Maya le 16/08/2013 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a trois problèmes 1 Le financement et le choix des entrerpises des sociétés de financement , à faire travailler AT minima, on a un resultat at minima. Donc on peut reprendre tout ce que l' on veut , mais il eut fallu prendre des installateurs localement et non pas une société qui delegue au prix de gros! 2 Willy Bernard, je ne suis pas d 'accord, sur ce que vous dites, il eut fallu qu il soit encadre par un bon PDG en France , il a eu un super Directeur financier, , mais cadre il a de su...

3.Posté par philippe le 16/08/2013 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est un espèce d'illuminé qui n'a même pas réussi à avoir son bac .... c'est vous dire s'il était prêt à gérer une entreprise cotée en bourse... Il adore Bernard Tapis (c'est vous dire ses références)
c'est un escroc qui a mis des petites gens sur la paille et qui mène grand train de vie au Maroc.... elle est belle la morale une fois de plus....

1 2














Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com