Quand les souvenirs remontent au front

[Dossier] 14-18 : Mémoires en marche (1/5)


Rédigé par Sébastien ROCHARD et Yves BOITEAU - Angers, le 17/09/2014 - 07:45 / modifié le 17/09/2014 - 21:48


« La mémoire est l’avenir du passé », écrivit Paul Valéry dans ses « Cahiers ». Une citation antérieure à la Première Guerre mondiale, mais qui prend maintenant tout son sens, 100 ans après le début d’un conflit qui aura profondément marqué l’intellectuel, comme le reste du monde. 100 ans après, donc, les combattants d’alors se sont éteints, et avec eux les derniers mots et visages d’un conflit total.

Que reste-t-il, dès lors, de cette Grande Guerre ? Des objets, des textes et une tradition orale qui font vivre la mémoire d’un autre siècle. Car en Anjou comme ailleurs, la mémoire n’est pas passive, elle est en marche, sous les traits d’un artiste, dans le travail d’un historien ou sous le vernis d’une exposition telle que celle qui s'ouvre ce mercredi aux Archives départementales de Maine-et-Loire.

C’est cette force vive, qui donne de « l’avenir au passé », qu’Angers Mag vous propose de découvrir cette semaine. Une « entrée en guerre » salutaire contre l’oubli.



Mardi soir, plus d'une centaine de personnes a découvert l'exposition "1914. L'Anjou, de la paix à la guerre" aux Archives départementales de Maine-et-Loire.
Mardi soir, plus d'une centaine de personnes a découvert l'exposition "1914. L'Anjou, de la paix à la guerre" aux Archives départementales de Maine-et-Loire.
la rédaction vous conseille
Inédite par son ampleur en Europe, l’opération “La Grande Collecte”, menée en novembre dernier partout en France à l’initiative de la Bibliothèque Nationale de France, des Archives nationales et de la Mission du Centenaire, s’est révélée un formidable succès. Affiches, carnets, lettres, photos, objets… En Anjou, des centaines de documents ont été déposés par des descendants de Poilus dans les deux points de collectes associés : la Bibliothèque municipale d’Angers et les Archives Départementales de Maine-et-Loire.

L’exploitation des données, réalisée au niveau européen, va prendre encore de nombreux mois, mémorisant à jamais visages, récits et anecdotes marqués par l’absurdité et l’horreur de la guerre. Mais sans attendre, les deux centres collecteurs angevins ont déjà choisi de partager leurs documents avec le public. Après la Bibliothèque municipale d’Angers cet été, les Archives départementales ouvrent ce mercredi une très utile exposition, centrée sur l'année du déclenchement du conflit : 1914.

Baptisée tout simplement "1914. L'Anjou, de la paix à la guerre", elle nous replonge dans le contexte qui a précédé la mobilisation en Anjou, puis dans cet emballement inéluctable vers la guerre, les premiers combats et leurs récits partagés par les soldats angevins engagés avec leurs familles. Mardi soir, à l'occasion de l'inauguration, Christian Gillet, le président du Conseil général de Maine-et-Loire a parlé d'une "nécessaire œuvre de mémoire", à l'égard des 20 000 poilus angevins tombés au front et aux 20 000 autres revenus blessés et mutilés sur un total de 90 000 engagés.

"Donner un sens à ce sacrifice" est un devoir, a t-il insisté, avant d'appeler à chercher "avec quelle constante détermination, nous pouvons contribuer à la paix". Commandant de l'Ecole du Génie, le général Patrick Alarbagère a souligné la détermination des "soldats de 2014" qui "ont les mêmes qualités et la même envie de défendre un pays qu'ils aiment et qui est le leur". Même loin d'ici.

Enfin, le préfet François Burdeyron, a voulu retenir avant tout "l'espoir" que lui inspire la mobilisation des familles qui ont répondu à l'appel de la Grande Collecte, alors même qu'ont disparu tous les survivants de la Première Guerre mondiale. Un signe selon lui que si les souvenirs ont été conservés dans les familles, ce n'est pas seulement pour leur valeur intime et personnelle, mais bien "dans le lien qu'ils entretiennent avec la nation". Pour remercier tous les donateurs et prêteurs, il a annoncé qu'il les recevraient tous ainsi que les maires des communes concernées d'ici à la fin de l'année lors d'une cérémonie à la préfecture.

Avec la collaboration des responsables des Archives départementales et de ceux de la Bibliothèque Toussaint, nous vous proposons ci-dessous un petit aperçu de cette collecte.


Petite sélection pour “Grande Collecte”

Quand les souvenirs remontent au front
1 - Mitraille

Les objets conçus à partir d’obus et de mitraille ont longtemps orné cheminées et meubles des maisons des descendants des poilus. Est-ce la dérision qui a inspiré à René Thibault, forgeron à Gené, cet encrier en cuivre provenant d’un obus de 100 m/m orné de la tête de l’empereur allemand Guillaume II ? Conçu à partir de deux douilles, le briquet de Gustave Boucher (1873-1948), agriculteur au Vieil-Baugé, revenu vivant du conflit, s’est transmis de génération en génération. (Prêt Laurent Boucher, AD de Maine-et-Loire).

2 - Providence

Reversé de l’infanterie dans l’aviation après une blessure de mine en mai 1915 à Loos (Nord), le Briochin Justin Usse l’a échappé belle le 28 octobre 1918 à bord de son avion, dont le fuselage porte encore la marque d’un tir allemand. L’aviateur deviendra président de l’aéro-club du Morbihan. Chanceux aussi, le soldat Jean Vincent dont le salut a tenu à un carnet qui porte encore la marque d’un éclat d’obus.

3 - L’amour et la mort

Combien d’amours 14-18 a t-elle brisés ? Incorporé au 231e régiment d’infanterie comme le célèbre écrivain Henri Barbusse (Prix Goncourt 1916 pour Le Feu), Lucien Lansard ne reverra jamais sa « petite » Rose qu’il invite, résigné, à se remarier dans une lettre bouleversante au printemps 2015. Il décède lors d’une bataille le 11 juillet suivant près de Soissons. L’un de ses camarades écrit une carte à sa veuve pour lui indiquer l’emplacement de sa tombe. (Prêt Isabelle Fonfreyde, BM Angers).

4 - Images

En pleine évolution depuis la fin du XIXe siècle, la photographie connaît un important développement au cours de la guerre, facilité par la démocratisation des stéréoscopes, sortent de jumelles permettant de visionner des plaques photos, en offrant l’illusion du relief.

5 - Le serment

Amis, voisins et fils uniques, ils s’étaient promis, en cas de disparition de l’un d’entre eux, de veiller sur la famille du survivant. Après la mort de Francis Mesnis, le 10 avril 1917, Gustave Chalon (à droite sur la photo) tiendra son serment en rendant visite « tous les soirs et par tous les temps » aux parents de son copain, rapporte son gendre. (Prêt Gérard Martin-Chalon, AD de Maine-et-Loire)

6 - Ecrire, raconter

Mobilisé dès 1914 dans le 71e régiment d’infanterie, fait prisonnier en mai 1918 dans l’Aisne, Georges Maillard (1876-1959) attendra 1932 pour commencer à écrire et dessiner ses souvenirs de 14-18. Ses deux volumes de manuscrits ont été déposés à la Bibliothèque Toussaint. (Prêt Monique Lemoine, BM Angers).

"1914. L'Anjou, de la paix à la guerre"
Du 17 septembre au 27 février aux Archives départementales de Maine-et-Loire, 106, rue de Frémur à Angers.
Entrée libre, du lundi au vendredi, de 9h à 18h (sauf jours fériés). Ouverture exceptionnelle les derniers dimanches de chaque mois de 14h à 18h (28 septembre, 26 octobre, 30 novembre, 28 décembre 2014 et 25 janvier 2015) .

Un programme très étoffé d'animations, débats, concert, lectures et projections accompagne l'exposition. Pour le découvrir dans sa globalité, c'est ici. L'histoire de la Grande Guerre en Anjou fait aussi l'objet d'un site internet dédié très complet : www.grande-guerre-anjou.fr












Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com