Rajagopal : un artisan de la paix à Angers


Rédigé par - Angers, le 16/12/2012 - 14:09 / modifié le 18/12/2012 - 09:36


Peut-on régler tous les problèmes de la terre sans violence ? Oui selon le disciple du Mahatma Gandhi, Rajagopal P.V., de passage hier soir au Centre Saint Jean à Angers pour une soirée unique en France. En ces temps de crise, de haine et de guerre, écouter cet artisan de la paix et de la non-violence avait quelque chose de bon.



l'indien Rajagopal lors de son passage au centre Saint Jean à Angers
l'indien Rajagopal lors de son passage au centre Saint Jean à Angers
la rédaction vous conseille
Alors que les USA viennent de connaître un moment de violence sans précédent, dans une école du Connecticut, l’altermondialiste, humaniste et adepte de la philosophie non violente de Gandhi, Rajagopal Puthan Veetil, était de passage hier à Angers, pour une visite unique en France. Le fondateur et président du mouvement des paysans sans terre « Ekta Parishad » et vice-président de Gandhi Peace Foundation est venu rencontrer tous ceux, Angevins ou d’ailleurs, qui se reconnaissent dans le principe de la non-violence et dans le respect des autres et de la terre nourricière.

Né l’année de la mort de Gandhi, en 1948, Rajagopal qui s’impose désormais comme le chef de file et leader incontesté des millions d’Indiens chassés des leurs terres pour installer des mines ou de grandes entreprises internationales. En octobre dernier ils étaient plus de 50 000 à le suivre dans une longue marche à travers leur pays, pour rejoindre le parlement indien de Delhi, afin de faire part de leurs revendications. À la suite de cette marche, Rajagopal a pu obtenir de son gouvernement que les paysans puissent retrouver des terres et les sans-abris soient protégés et logés.

Rajagopal, qui effectue une tournée en Europe pour rencontrer des paysans et des communautés en souffrance, n’est pas venu par hasard à Angers. « J’ai de bonnes relations avec Gilles Changeon et je voulais surtout le remercier d’avoir soutenu notre mouvement, en Inde », déclarait le président d’Ekta Parishad.

L’Angevin Gilles Changeon est le Président de « la Paix en marche » et chargé de mission à Gandhi International. Il est aussi l’initiateur et organisateur de la marche Le Croisic-Paris, organisé en amont et en soutien de celle organisée en Inde. Plusieurs centaines de personnes ont participé à cette marche qui a fait étape à Angers le 3 octobre dernier.

« La violence appelle la violence »

« Je suis venu en Europe, mais aussi en France pour soutenir tous ceux, et notamment les paysans qui n’arrivent plus à vivre du produit de la terre. Je suis très surpris du nombre de suicides dans le milieu agricole, ça prouve le niveau de misère des paysans européens, même s’il n’a rien de comparable avec celui de mon pays où 70% de la population vit de l’agriculture », expliquait Rajagopal. « Nous vivons dans un monde de violence physique, mais aussi dans la terre, l’eau, les forêts. Les produits chimiques que les paysans sont contraints de répandre, les OGM, sont une forme d’agressivité pour la terre ».

Tout à fait par hasard, Rajagopal a croisé des manifestants contre Notre Dame des Landes, à son arrivée à l’aéroport de Nantes Atlantique. « J’ai rencontré des jeunes et des paysans. J’ai pu discuter avec eux je les ai encouragés à poursuivre leur action pour protéger leur terre, mais sans violence, en continuant le dialogue ».

Pour celui qui s’inspire des idées de Gandhi, sans prétendre le remplacer, la violence appelle souvent la violence et les images diffusées dans les journaux, notamment celles de la tuerie de Newtown aux USA, ne sont pas étrangères à cette montée de l’agressivité. « En Norvège les médias ne diffusent pas ou peu d’images violentes. Résultat, les agressions et toutes les formes de violence ont baissé de 60%. Les jeunes suivent souvent l’exemple de leurs parents. C’est à nous, parents, de leur enseigner qu’il existe un autre chemin ».

Mais Rajagopal ne se fait pas d’illusion, ce chemin qui conduit à la non-violence, au respect des autres et de soi-même est long, très long. « Je n’enseigne pas une méthode, mais j’appelle tous ceux qui aspirent à un monde meilleur de suivre ce chemin qui conduit vers la paix. Gandhi l’avait compris, je suis porteur de son message ».

Avec calme et sérénité, Rajagopal fait allusion aux USA, aux grandes entreprises qui abusent des pays les plus pauvres, exploitant le sol et chassant les occupants de leur terre avec l’appui de gouvernants qui cherchent l’enrichissement personnel plutôt que l’intérêt général. « Pour arrêter la violence, les jeunes doivent arrêter de boire du Coca-Cola … », s'amusait le sage, rappelant tout de même au passage que la firme américaine qui a installé ses usines en Inde porte la responsabilité de l’état de pauvreté dont souffre une grosse partie de la population de son pays.

À l'invitation de l'association la Paix en Marche, Rajogopal a participé ensuite à une soirée festive en compagnie de 150 personnes qui se reconnaissent dans ces actions, au centre Saint Jean, Rue Barra à Angers.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com