Réforme territoriale : la pression financière agace les maires de Maine-et-Loire


Rédigé par - Angers, le 19/05/2015 - 08:05 / modifié le 19/05/2015 - 08:05


Trop vite, trop flou, trop contraignant ! A quatre jours de la prochaine conférence départementale de coopération intercommunale, l'association des Maires de Maine-et-Loire fait valoir (de nouveau) son mécontentement au sujet du calendrier et des conditions de mise en œuvre de la réforme territoriale. Avec au fond d'eux-mêmes, le désagréable pressentiment d'avoir à assumer financièrement "les errements" de l'Etat sur le sujet.



Trois des porte-parole de l'association des maires de Maine-et-Loire excédés par la "marché forcée" de la réforme territoriale : André Séguin (Tiercé), Jean-Luc Davy (Daumeray/président) et Jean-Noël Béguier (Vern d'Anjou), de gauche à droite.
Trois des porte-parole de l'association des maires de Maine-et-Loire excédés par la "marché forcée" de la réforme territoriale : André Séguin (Tiercé), Jean-Luc Davy (Daumeray/président) et Jean-Noël Béguier (Vern d'Anjou), de gauche à droite.
la rédaction vous conseille
Un vrai ras-le-bol ! Difficile de résumer autrement l'état d'esprit actuel de l'Association des Maires de Maine-et-Loire face aux incertitudes financières qui accompagnent la mise en oeuvre de la réforme territoriale. Au coeur de son mécontentement, pas de surprise, on retrouve l'objectif fixé par le gouvernement de baisser de 12 milliards les dotations de l'Etat versées aux communes d'ici à 2017, et ses conséquences sur les finances des communes et des intercommunalités.

"Que nous participions aux efforts d'économie qu'exige la situation budgétaire du pays, d'accord, mais 54% de l'effort porte sur le bloc communal (communes et intercommunalités). Ce serait bien que l'Etat ne nous fasse pas porter le poids de ses inconséquences" tacle, sans réserve, André Séguin, le maire de Tiercé et administrateur de l'Association des Maires de Maine-et-Loire. Pour illustrer son propos, celui-ci ne va pas chercher plus loin que se propre communauté de communes (Loir-et-Sarthe) où l'effort demandé va se traduire par une perte sèche d'1,3 millions d'euros, "alors que dans le même temps, à l'exemple des temps d'animation périscolaire, on nous confie des charges supplémentaires."
"On a le sentiment d'être dans une seringue et de nous laisser aucun choix" . Jean-Noël Béguier, maire de Vern d'Anjou

Pour André Séguin, ce double discours de l'Etat - "réduisez vos dépenses, on vous confie de nouvelles missions" - n'est plus tenable et fait peser sur les communes et intercommunalités la menace du fameux "effet de ciseaux" (le jour où la courbe des dépenses va croiser et dépasser celle des ressources) qui grève aujourd'hui les finances du Conseil départemental de Maine-et-Loire. "On a le sentiment d'être dans une seringue et de nous laisser aucun choix" constate aussi Jean-Noël Béguier, le maire de Vern d'Anjou, dans le Segréen.

En réalité, il en existe : augmenter les impôts mais "c'est inconcevable aujourd'hui, compte-tenu de notre niveau record d'imposition" (André Séguin); emprunter, "c'est s'exposer à la logique du surendettement" (Jean-Noël Béguier) et innover encore dans la mutualisation et le renforcement de l'intercommunalité ? "Ca fait belle lurette qu'on le saurait si regrouper permettait de générer des économies. Lorsque ces regroupements vont se pencher sur leur harmonisation fiscale, ce sera forcément un lissage par le haut au détriment des petites communes", objecte André Séguin, cinglant quand on évoque l'accélération des projets de regroupements communaux ou intercommunaux.
"Il en va aussi de la perte du bénévolat et de la démocratie à l'échelon qui est pourtant jugé le plus sécurisant pour les citoyens"

"L'enjeu n'est pas que financier, il en va aussi de la perte du bénévolat et de la démocratie à l'échelon qui est pourtant jugé le plus sécurisant pour les citoyens, celui de la commune" insiste le maire de Tiercé. Pour Jean-Noël Béguier, le poids politique exercé par l'Europe sur l'équilibre budgétaire français pose question. "J'ai le sentiment que c'est elle qui fait accélérer le gouvernement alors qu'on aurait vraiment besoin aujourd'hui de prendre notre respiration." A la fin du mois, les responsables de l'Association des Maire de France, à laquelle est affiliée celle du Maine-et-Loire, ne devraient pas dire autre chose à Manuel Valls, le Premier Ministre qu'ils doivent rencontrer. Dans l'espoir, on l'a compris, de lui faire entendre la nécessité de revoir ses objectifs d'économie territoriale.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Manu le 25/05/2015 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quid de la première proposition de carte intercommunale du préfet? J'ai cru entendre que c'était la semaine dernière qu'elle était dévoilée. Pas d'infos?















Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06



cookieassistant.com