Réforme territoriale, les maires veulent y voir plus clair


Rédigé par - Angers, le 17/10/2014 - 21:41 / modifié le 20/10/2014 - 15:50


A l'occasion du 11e Forum des Maires organisé par le Conseil général de Maine-et-Loire, près de 250 élus du département ont débattu autour de la réforme territoriale vendredi au centre d'affaires Terra Botanica à Angers. L'occasion pour ces maires de faire valoir leurs attentes, leurs inquiétudes et leurs espoirs que cette réforme, bien trop floue aujourd'hui à leur goût, servent réellement leurs territoires, petits ou grands. La preuve en quatre témoignages.



Près de 250 élus ont débattus autour d'une grande partie des parlementaires de Maine-et-Loire et du politologue Dominique Reygnié
Près de 250 élus ont débattus autour d'une grande partie des parlementaires de Maine-et-Loire et du politologue Dominique Reygnié
la rédaction vous conseille
Adrien Denis, maire de Denezé-sous-le-Lude (308 habitants, Baugeois) :
"On dit souvent que c'est Paris qui gouverne, mais c'est un peu vrai : nous sommes toujours dans un pays très centralisateur, gouverné par des élites. La conséquence aujourd'hui, dans les périphéries des villes et les périphéries rurales - les campagnes -, comme dans ma commune, c'est que les gens expriment leur mécontentement par un vote protestataire ou un non vote lors des élections. Ma crainte, si on continue à mépriser les territoires ruraux, c'est que ce phénomène s'accentue.

Une bonne réforme territoriale ? Ce serait celle qui prendrait en compte les aspirations de l'ensemble des communes rurales et pas seulement celles des chefs-lieux de canton ou des grandes villes. Pourquoi pas des bassins de vie qui s'organiseraient autour de 6 000 habitants et d'autres, autour de 50 000 habitants ? Il existe une diversité, il faut savoir en tenir compte. Faire cette réforme uniquement à l'aune des recettes fiscales serait une erreur."

Stella Dupont, maire et conseillère générale de Chalonnes-sur-Loire (6500 habitants, Layon) :
"Ce qu'on attend de la réforme territoriale à Chalonnes comme ailleurs, c'est une clarification des compétences exercées par les collectivités. C'est à cette condition que l'on aura un seul interlocuteur autant pour les mairies elles-mêmes, que pour les entreprises, les particuliers. La place de l'intercommunalité, pour moi, est essentielle. Certains projets, même une commune comme Chalonnes ne peut pas se les autoriser, seule. On a besoin de se retrouver pour mutualiser nos forces et mener des projets d'envergure.

Stella Dupont, maire et conseillère générale de Chalonnes-sur-Loire.
Stella Dupont, maire et conseillère générale de Chalonnes-sur-Loire.
La réforme impulse une intercommunalité large, je pense là aussi qu'il serait pertinent de regrouper certaines communautés de communes. Reste bien entendu à définir le projet commun de cette nouvelle collectivité. Les Communes nouvelles me paraissent aussi une bonne idée.

Quant à la suppression des départements, je pense qu'on a besoin de ce niveau pour bien mener une politique de proximité, dans le social comme dans l'économique. Après, je ne suis pas attaché à l'existence d'une collectivité départementale, on peut très bien imaginer lui donner la forme d'une antenne régionale."

Jacky Goulet, 1er adjoint au maire et conseiller général de Saumur (27 000 habitants) :
"La clarification des compétences est indispensable. De gauche comme de droite, les parlementaires qui ont pris la parole ce matin n'ont à aucun moment donné une vision du comment ils voyaient la redistribution de ces compétences entre la Région, l'Etat et éventuellement les communautés d'agglomération et de communes. Je suis bluffé de voir qu'on a autant de parlementaires dans ce pays et que deux ans après le lancement de la réflexion sur la réforme territoriale, on est toujours pas plus avancé.

Après département, pas département, est-ce que l'essentiel est là ? On a bien vu ce matin que le principe des communes nouvelles avançait, que les communautés de communes et d'agglo se justifiaient aussi, ainsi que la Région. Reste à assumer les missions de solidarité en conservant de la proximité, mais je crois qu'on est capable de le faire en supprimant un échelon et donc le département.

Ce qu'il faut c'est que les compétences puissent être prises par des hommes et des femmes du territoire, qui ont les pieds dans la glaise, et que nos politiques de solidarité, mais aussi pourquoi pas les transports, restent en prise avec le local."

Gérard Chevalier, maire de Beaupréau (6 900 habitants, Mauges) :
"La réforme territoriale pour nous, c'est agir et prendre notre destin en main. Nous travaillons à l'étude d'une commune nouvelle en lieu et place de la communauté de communes du Centre Mauges (11 communes), pour gagner en efficacité, prolonger la mutualisation de nos services qui ne peut être qu'une étape, car elle est complexe à gérer. Derrière cela, l'idée est de gagner bien entendu sur les frais de fonctionnement mais surtout d'être plus efficient sur un territoire dont la pertinence et la cohérence ont été prouvées. Au delà de cette réflexion, nous ne sommes pas indifférents non plus aux réflexions sur les regroupements d'intercommunalités."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com