Régionales, Marine Le Pen lance la campagne du FN à Andard


Rédigé par - Angers, le 05/11/2015 - 07:30 / modifié le 05/11/2015 - 09:33


Devant près de 700 militants et sympathisants, la présidente du Front National a lancé officiellement mercredi soir à Andard la campagne de son parti pour les élections régionales en Pays-de-la-Loire en s'attardant sur ses cibles préférées : les migrants, le système UMPS et l'Europe. Un meeting sans surprise que le FN a mis à profit pour adouber ses nouveaux et jeunes responsables en Maine-et-Loire.



Régionales, Marine Le Pen lance la campagne du FN à Andard
la rédaction vous conseille
A 1h30 de Nantes, Laval, La Roche-sur-Yon et légèrement moins du Mans, la commune d'Andard (à 20 mn d'Angers) s'est découvert ces dernières années des atouts géographiques manifestes en période électorale. Un an après Nicolas Sarkozy, alors en campagne pour la présidence de feu l'UMP et cinq jours avant le retour de celui-ci dans le cadre des élections régionales, Marine Le Pen a choisi elle-aussi la salle Jeanne de Laval pour apporter son soutien aux candidats de son parti au scrutin des 6 et 13 décembre prochains.

Avec un réel succès populaire si l'on en juge par la petite dizaine de cars parqués à proximité du complexe polyvalent et la centaine de chaises ajoutées à la hâte peu après le début de la soirée, mercredi. "On avait prévu pour 500 personnes, là on est à un peu plus" confirmait Arthur de Vitton, ex-candidat aux élections départementales sur Segré, retenu de nouveau pour défendre les couleurs du FN aux régionales. Bref, suffisant pour détendre (un peu) les nouveaux et jeunes responsables du Front National appelés à chauffer la salle en attendant leur patronne.

Propulsée secrétaire départementale du FN après la départ tonitruant de Gaétan Dirand (lire notre article FN : "Le Front des Copains" ?) et le retrait de Benoit Lépine, la Segréenne Barbara Mazières a été la première à entrer en scène, pour se réjouir de l'affluence du soir dans une région longtemps "si rétive à notre mouvement". Stressé, mangeant parfois ses mots, Aymeric Merlaud, 24 ans, qui conduira la liste régionale du FN en Maine-et-Loire, lui a succédé,  dénonçant le mépris dont font l'objet selon lui "nos villes, nos villages, nos quartiers" aspirés qu'ils seraient par le centrisme nantais. Et fustigeant l'arrivée "par centaines" de migrants dans la campagne angevine avec la bénédiction des pouvoirs publics. "Je suis la solution à ce problème" n'a t-il pas hésité à clamer, avant de passer la parole au chef de fil du FN pour ces régionales, le Sarthois Pascal Gannat.

Habile, cet ancien directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen, tout en prévenant que son adversaire principal "c'est bien le socialisme", a réservé l'essentiel de ses critiques au sénateur vendéen Bruno Retailleau (LR) que les premiers sondages donnent favori pour la succession de Jacques Auxiette à la Région. "Qui est anti-socialiste, Monsieur Retailleau ou le Front National ?" raille Pascal Gannat, en ironisant sur l'union électorale de son adversaire avec les centristes de l'UDI et du MoDem, son emploi du temps au Sénat et son soutien au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Un projet pour lequel le FN "demande solennellement un référendum".
"Ce qui se passe à Calais peut se passer n'importe où (...). Plus ils s'installent, plus les pouvoirs publics se sentent dans l'obligation des les accueillir."
Accueillie sous une ovation, Marine Le Pen s'est d'abord attachée à dénoncer "la régionalisation forcée" de la France, sous l'impulsion d'une Europe fédéraliste qui ne lui convient pas et grignote un peu plus chaque jour, selon elle, la souveraineté nationale. Elle dessine cependant quatre lignes directrices de sa formation si celle-ci accédait aux manettes régionales : "l'aide aux entreprises familiales", "le soutien à l'apprentissage", "le subventionnement des productions agricoles de qualité" et "l'attribution préférentielle des marchés publics aux entreprises du territoire".

Mais - élections régionales ou pas-, sa priorité, sa préoccupation n°1, reste bel et bien la question migratoire. Les mots ont du poids et Marine Le Pen préfère à cet égard parler de "submersion migratoire", mêlant sans distinction "migrants" et "clandestins" (mais ne citant jamais le mot "réfugiés"), s'inquiétant que 24 communes en Maine-et-Loire aient répondu favorablement à l'appel lancé pour accueillir ceux qui arrivent de Syrie et en Irak, pourtant poussés par les guerres. "Ce qui se passe à Calais peut se passer n'importe où (...). Plus ils s'installent, plus les pouvoirs publics se sentent dans l'obligation des les accueillir" tonne la présidente du Front National, qui prône "la tolérance zéro pour l'immigration clandestine".

De Xavier Bertrand à Nicolas Sarkozy, en passant par Bruno Retailleau, de François Hollande à Manuel Valls, en passant par Christophe Clergeau, le candidat du PS aux régionales, personne ne va échapper à ses critiques sur "le système UMPS qui a mené le pays dans le mur" et rend urgent l'arrivée d'un chef d'Etat pour qui "le bon sens est national". En creux, son propre dessein, les Régionales ne formant ouvertement pour le Front National qu'une étape vers la présidentielle.

La Liste du Front National en Maine-et-Loire pour les élections régionales

1 - Aymeric Merlaud
2 - Monique Lieumont
3 - Jean Goychman
4 - Barbara Mazieres
5 - Bernard Lahondes
6 - Agathe Gosset
7 - Stephane Robic
8 - Manon Lipp
9 - Arthur de Vitton
10 - Ghislaine Hupont
11 - Thomas Sicot
12 - Isabel Costa
13 - Patrick Morineau
14 - Corinne Hinfray
15 - Patrice Lancien
16 - Christine Martin
17 - Christian Gautier
18 - Christine Barré
19 - Jean-Marc Macé
20 - Marie-Odile Barbier
21 - Martin Maillot
22 - Annick Proust




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Jean Jacques le 05/11/2015 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'étais hier à Andard et j'ai trouvé le discours du jeune candidat Merlaud très bien, la presse se déchaine contre lui en ce moment dans le Maine-et-Loire et cela me le rend d'autant plus sympathique. La presse se rend juste compte que le FN change en Anjour et devient plus dangereux...

2.Posté par barreau le 06/11/2015 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"nos villes, nos villages, nos quartiers" aspirés qu'ils seraient par le centrisme nantais.
: ce n'est pas "qu'ils seraient" mais "ce qu'ils sont"... faut-il être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas le voir ?

3.Posté par martinez le 07/11/2015 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme d'habitude la presse doit donner des gages et s'attaquer au front national, mais qui ne sait pas aujourd'hui que ts les journalistes sont à gauche ? Ils ont peur de perdre tous leurs privilèges (y compris financiers) accordés depuis des lustres et le droit de raconter n'importe quoi impunément...Un peu d'impartialité de leur part ferait du bien dans ce monde de brutes...
colombo















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com