Régionales : au premier tour, on choisit, au second tour... aussi


Rédigé par - Angers, le 11/12/2015 - 11:55 / modifié le 11/12/2015 - 11:56


Entre nécessité ou stratégie d'alliance et/ou de fusion, capacité à battre le pavé et force de persuasion en direction des indécis et des abstentionnistes, l'entre-deux tours n'a pas manqué de corps, dans la région des Pays de la Loire. Mais on ne saura que dimanche soir qui de Christophe Clergeau (PS), Bruno Retailleau (LR) ou Pascal Gannat (FN), aura su tirer les marrons du feu. Décryptage.



Christophe Clergeau, Pascal Gannat et Bruno Retailleau s'affronteront dimanche 13 décembre dans le cadre du second tour des élections régionales.
Christophe Clergeau, Pascal Gannat et Bruno Retailleau s'affronteront dimanche 13 décembre dans le cadre du second tour des élections régionales.
la rédaction vous conseille
Dans un bon nombre des 13 (nouvelles) régions de France, le premier tour du scrutin a d'ores et déjà été décisif. Ce ne fut pas le cas dans les Pays de la Loire. Si le trio arrivé en tête au soir du 6 décembre dernier -et donc celui qui se présentera sur la ligne de départ du second tour des élections régionales, dès dimanche matin- n'est pas une surprise, on peut tout de même tirer quelques enseignements du vote des ligériens :
 
  • L'ordre d'arrivée du tiercé. Bruno Retailleau est en tête, capitalisant 33,49 % des suffrages, suivi par Christophe Clergeau (25,75 %) et le frontiste Pascal Gannat (21,35 %).
 
  • Dans un contexte national tendu pour la gauche, le candidat de la droite et du centre ambitionnait de créer un écart décisif dès le soir du premier tour, ce qui n'est pas le cas. Christophe Clergeau et ses affidés l'ont répété à l'envi depuis dimanche : l'addition des voix du bloc de gauche est supérieure à celle de la droite. En clair, tout reste jouable.
 
  • Pour additionner les voix, encore faut-il s'accorder avec elle. En ballottage plutôt défavorable, le 1er vice-président sortant de la région était dans l'obligation de rallier toutes les forces de gauche à son panache, et notamment celle d'Europe Ecologie Les Verts, seule liste, avec 7,82 % des voix, en capacité de fusionner. Ce que n'a pas fait, par exemple, le socialiste Jean-Yves Le Drian (assez nettement en tête au soir du 1er tour) sur la région Bretagne.
 
  • Le Front national réalise un score historique sur la région, à plus de 21 %, soit 15 points de plus que lors du précédent scrutin régional, en 2010. Mais force est de constater que le Grand Ouest résiste à la poussée du parti frontiste : en Maine-et-Loire, son score est ainsi inférieur à celui réalisé au premier tour des élections départementales, eu printemps 2015.
 
  • Région traditionnellement "citoyenne", les Pays de la Loire ont certes voté plus qu'en 2010 (49,99% contre 48,84%), mais l'augmentation du pourcentage de votants est restée moindre, par rapport à celle constatée dans l'ensemble du pays.

Ratisser large, battre la campagne

C'est autour de ces différents constats que s'est construit, pour chacune des listes, l'entre-deux tours, en définissant des priorités. Alors que les listes définitives devaient être remises en préfecture de région mardi midi, les états-majors de Christophe Clergeau et Sophie Bringuy (EELV) se sont réunis dès dimanche soir, et toute la journée du lundi, pour coucher par écrit les termes d'une fusion. Avec au centre des discussions, un lieu : Notre Dame des Landes.

La fusion, moquée à droite, fut chose faite dans la soirée de lundi soir. La liste retoquée, intégrant des candidats EELV, a depuis reçu le soutien de plusieurs formations politiques, notamment celui du Parti communiste français d'Alain Pagano (3,33 % au premier tour), du parti de Jean-Luc Rotureau (Nouvelle élan pour une citoyenneté active) ou de l'Ecologie Solidarité de Rose-Marie Véron. En dehors du champ politique, de nombreuses personnalités se sont engagées à travers d'un "Appel des acteurs culturels et associatifs" de la région, pour soutenir la candidature de Christophe Clergeau. On y retrouve entre autres François Delarozière (le patron des Machines de l'Ile, à Nantes) ou l'auteur de BD Etienne Davodeau.

S'il est un terrain sur lequel la droite compte faire la différence, c'est celui de la ruralité

Une prise de position qui a fait grincer des dents, à droite, Bruno Retailleau arguant notamment qu'il ne toucherait pas au budget de la culture. Le candidat Les Républicains s'est également exposé à l'ire de la tête de liste Debout la France (DLR), Cécile Bayle de Jessé, créditée de 4,1 % des suffrages au premier tour, avançant que le parti de Nicolas Dupont-Aignan appellerait à voter pour la "droite classique" au second tour. Que nenni, répond en substance la candidate DLF : "Aucune consigne de vote pour ce second tour".

S'il est un terrain sur lequel la droite compte faire la différence, c'est celui de la ruralité. C'est là que le Front national a réalisé ses meilleurs scores lors du premier tour et Paul Jeanneteau, tête de liste de la droite et du centre en Maine-et-Loire, ne s'y est pas trompé, appelant sa liste d'union "à retrouver le chemin des campagnes" (Ouest-France du jeudi 10 décembre), pour résorber "la fracture territoriale" entre la métropole nantaise et le reste du territoire.

Ponctuée de deux débats télés, la semaine d'entre-deux tours a aussi été celle des petites phrases entre candidats, un jeu traditionnel -et souvent futile- qui a permis à Pascal Gannat de compter les points. Le frontiste a dit très clairement qu'il n'envisageait pas de devenir le président de la Région. Traduire : notre objectif est déjà atteint de faire rentrer le FN au conseil régional.
 
Reste désormais à savoir si les manœuvres politiques, la campagne de terrain et le fond des propositions des trois candidats auront réussi à séduire, au-delà de leur camp, les représentants du "premier parti de France" : l'abstention...




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30



cookieassistant.com