Rentrée scolaire : est-ce vraiment celle du changement ?


Rédigé par - Le 04/09/2012 - 10:07 / modifié le 04/09/2012 - 10:14


Pour les Martin, trois enfants, dont deux en primaire et une au collège, c’est depuis plusieurs années le même rituel : des fournitures et vêtements étalonnés de juin à août et la voiture chargée le jour de la rentrée pour les deux plus jeunes. Les enfants Martin font partie des douze millions d’élèves qui reprennent le chemin de l’école ce matin.



Les vacances sont terminées, l'heure de la rentrée à sonné en Maine et Loire et sur tout le territoire français
Les vacances sont terminées, l'heure de la rentrée à sonné en Maine et Loire et sur tout le territoire français
En ce mardi de rentrée scolaire, on n’est pas trop inquiet chez les Martin. Malgré quelques fournitures à la hausse, les cartables ont pu être remplis à temps et des chaussures, plus quelques vêtements ont pu être achetés au début de l’été.

« Cette année nous avons renouvelé un seul cartable, pour le plus petit (6 ans) et un sac pour la plus grande (13 ans) pour le collège. Nous avons eu quelques difficultés à tout acheter et avons dû raccourcir nos vacances d’août. Heureusement, l’allocation de rentrée scolaire nous a bien aidé », explique Élise Martin en déposant ses enfants à l’école primaire de son village, au sud d’Angers. Avec trois enfants scolarisés la famille Martin a touché 1088.25 €, soit une augmentation de 217 € par rapport à l’année précédente. De quoi aider sérieusement les jeunes couples aux revenus les plus modestes.

Si la famille Martin n’est pas trop inquiète, c’est aussi parce que l’une des classes dont on avait évoqué la fermeture en juin est finalement maintenue. « Mais comme tous les parents d’élèves, nous restons mobilisés, car c’est peut-être reculer pour mieux sauter l’an prochain », poursuit la mère de famille plutôt ravie de constater que ce qu’elle craignait le plus ne s’est pas produit.

« Pour l’instant il y a 61 fermetures de classes et 23 implantations nouvelles, avec un solde de 29 fermetures, en premier degré sur le département de Maine et Loire », affirmait hier Françoise FOURNERET, inspectrice d’académie des services de l’éducation nationale en Maine et Loire, dans les colonnes du Courrier de l’Ouest. Mais la situation sera revue au cas par cas ce mardi et mercredi et « il se peut que les chiffres que nous connaissions en juin ne soient pas tout à fait les même après que chacun est fait sa rentrée ».

Quant aux enseignants sur les 42 suppressions de postes prévues en juin, 5 postes ont été récupérés, ce qui réduit le nombre de suppressions à 37sur le Maine et Loire. Selon Françoise FOURNERET ces postes seront affectés en partie aux réseaux d’aide et le reste dans des écoles de zone prioritaire. François PEILLON, le ministre de l’Éducation nationale affirmait lors de sa rentrée que 1000 enseignants supplémentaires ont été recrutés sur les listes complémentaires des concours de l’année, au lieu des 5100 suppressions prévues par le gouvernement précédent. « Les mobilisations des parents d’élèves contre les fermetures de classes, ou pour le remplacement des enseignants, ne devraient pas faire l’actualité de la rentrée 2012 » a déclaré le ministre sur une chaine de télévision. Le Maine-et-Loire serait-il un département différent des autres ?

Du côté des syndicats et des associations de parents d’élèves ont est sur la défensive et, changement de gouvernement ou pas ils s’attendent à quelques problèmes dans certains secteurs. « Si l’on en reste aux dispositions du mois de juin, la rentrée sera délicate », expliquent les représentants de la FCPE, la première association de parents d’élèves. Pour ces derniers qui n’apportent pas plus de crédit à ce ministre qu’aux précédents, les suppressions prévues en juin ne devraient guère résoudre des situations pour le moins difficiles dans certains zones et notamment rurales. Comme tous les ans, les parents d’élèves seront plus que jamais mobilisés pour vérifier si les promesses du ministre sont bien tenues. La rentrée 2012 sera-t-elle « la première rentrée du changement », comme l’a lancé le ministre de l’Éducation nationale lors de sa conférence de presse de mercredi dernier, ça reste à vérifier ?

En Maine et Loire ce matin, 87 806 bambins prennent ou reprennent le chemin des écoles du 1er degré et 69 266 pour le second degré, avec au total 417 élèves de moins sur l'ensemble du département.





Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur

On en cause ... | Actualité | Société | Politique | Culture | Economie | Sports - Loisirs | Numérique | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Météo Angers | Administration - Gestion | Jeux






















DEVIS TRAVAUX






Instagram