Rétro 2014 : Le quartier Verneau a-t-il le don de la métamorphose ?

A l'actualité en décembre (17/12/2014)


Rédigé par - Angers, le 06/01/2015 - 06:40 / modifié le 06/01/2015 - 22:15


Que retenir de l'actualité à Angers et dans sa région au sortir d'une année civile ? Élections oblige, 2014 restera avant tout celle d'un tournant politique pour la cité angevine avec l'accession à l'Hôtel de ville de Christophe Béchu, l'ancien président du Conseil général. Mais pas seulement. Économie, Histoire, aménagement, sport, médias... nous avons retenu un événement par mois, qui témoigne à son niveau d'un territoire en perpétuel mouvement. Le mois de décembre a été synonyme de bonnes nouvelles pour le territoire, avec l'éligibilité des quartiers de Belle-Beille et Monplaisir aux financements de la rénovation urbaine. Une rénovation urbaine qui sera d'abord celle de Verneau, présenté dans le courant de ce mois...



L'un des objectifs poursuivis par le projet de Verneau est qu'il intègre la dynamique d'aménagement plus générale du quartier des Hauts de Saint-Aubin.
L'un des objectifs poursuivis par le projet de Verneau est qu'il intègre la dynamique d'aménagement plus générale du quartier des Hauts de Saint-Aubin.
la rédaction vous conseille
Initiée par la précédente majorité, avant que l'équipe actuelle n'en prenne la suite, la "métamorphose" de Verneau devrait prendre corps dans le courant de l'année 2015, avec une volonté partagée par tous les acteurs de ce renouvellement urbain de lui redonner une image positive, en l'intégrant notamment aux plus large ensemble des Hauts de Saint-Aubin.

Est-ce un point d'arrivée ou un point de départ ? Au printemps 2015, lorsque les premiers chantiers débuteront sur l'emprise de Verneau, que faudra-t-il y voir : la suite de l'aménagement du quartier des Hauts de Saint-Aubin, après les plateaux de la Mayenne ou des Capucins, ou une opération à valeur d'exemple, en amont de "la refonte des Capucins, où plus rien ne se passe" (Daniel Dimicoli, conseiller délégué au logement et à l'aménagement du territoire) ?

Et pourquoi pas les deux, après tout ? Du point de vue chronologique, l'aménagement urbain de Verneau intervient bien après ceux des Plateaux de la Mayenne et des Capucins. On en retrouve seulement la trace en juillet 2011, lorsque la précédente municipalité avait soumis le projet à l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), puis en janvier 2012, avec la création d'une Zone d'aménagement concerté (Zac) : la Ville d'Angers avait alors confié la réalisation du projet à la Société publique locale d'aménagement d'Angers (SPL2A).

"Faire un fleuron de Verneau, un quartier qui traîne depuis longtemps une image hyper négative". Daniel Dimicoli

"C'est un dossier dont nous ne sommes pas à l'origine", commente Daniel Dimicoli, "mais qui nous paraît important, afin de faire un fleuron de Verneau, un quartier qui traîne depuis longtemps une image hyper négative"... et qui pourrait, dans les années à venir "nous guider pour ce qui va se passer sur le plateau des Capucins".

Bien sûr, les 9 hectares de Verneau sont bien loin (en terme d'ampleur) des 104 hectares des Capucins, mais l'idée directrice portée par les urbanistes d'In Situ, le maître d'œuvre de l'opération, pourrait servir de fil conducteur à l'avenir des Capucins. Quelle est-elle, au juste, cette idée ? "Il n'y a jamais de répulsion sans attachement", argue Patrick Guitton, le responsable de l'opération pour In Situ (agence également candidate dans l'appel d'offres lancé sur le plateau des Capucins. "La reconstruction de Verneau, ça n'est pas une histoire de rupture, ou de table rase, c'est une métamorphose. Ça n'est pas un petit bout du puzzle du quartier des Hauts de Saint-Aubin, mais un quartier en contact avec la ville : nous avons donc travaillé sur le détail, en cassant les limites et en ouvrant Verneau sur le territoire."

Tout cela se traduit par un changement de méthode avec les différents opérateurs, "un urbanisme négocié", explique Patrick Guitton, avec des règles du jeu négociables, mais des "éléments extrêmement fermes, comme la domination des transports en commun et des portes d'entrée qui donnent sur le tram". En somme, "une ville qui se réconcilie avec ses atouts".

Le projet de 19 logements locatifs sociaux porté par le Val de Loire (Podeliha) sera le premier à voir le jour, à partir du mois de février 2015.
Le projet de 19 logements locatifs sociaux porté par le Val de Loire (Podeliha) sera le premier à voir le jour, à partir du mois de février 2015.
Des faits et des chiffres maintenant : le projet revêt une programmation "à 98 % logement", relève Arthur Pommereuil, responsable d'opération pour la Sara/SPL2A, aménageur du site. "Il a fallu trouver une adéquation entre les logements proposés, avec une volonté affichée de dédensification, et la pertinence de prix de sorties des logements".

Traduction : échaudés par l'échec du Plateau des Capucins (seuls 1300 logements sur les 6000 prévus sont livrés et la production est quasi à l'arrêt) -le contrat de l'urbaniste Castro est arrivé à son terme et on lui a clairement fait comprendre que la collectivité ne souhaitait plus travailler avec lui- tout le monde s'est mis autour de la table pour trouver des solutions. Concrètement, les opérateurs vont vendre moins cher (de 2000 à 2700€/m2 contre 3000 €/m2 en moyenne sur Les Capucins) et différemment. Sur les 390 logements prévus pour la "métamorphose de Verneau" (c'est le titre du dossier de presse), 57 % seront en collectif (contre 80 % aux Capucins), 19 en intermédiaire et 24 en individuel.

Les formes urbaines vont changer, donc, et comme bien souvent, ce sont les bailleurs sociaux -financements Anru obligent- qui vont tirer les premiers. Précision tout de même : même s'il constitue la majorité des logements de cette "première tranche", le locatif social ne représentera au final que 15 % des logements de Verneau.

Podeliha -par le biais de ses filiales du Val de Loire et des Castors Angevins- Angers Loire Habitat et la Soclova engageront ainsi leurs travaux, sur trois îlots différents, au printemps 2015... comme le groupe Bouygues Immobilier, avec une opération de 48 logements en accession libre : 16 d'entre eux seraient déjà réservés, la plupart par des anciens habitants de Verneau.
 
"Les habitants emménageront sur un territoire déjà vivant, en continuité avec les quartiers voisins" Patrick Guitton (In Situ)

L'objectif de tout cela, c'est que les habitants, "quand ils arriveront dans les logements en 2016 ou 2017, emménagent sur un territoire déjà vivant, en continuité avec les quartiers voisins", avance Patrick Guitton. Pour mettre en place ce "cadre de vie", la SPL2A travaille à l'aménagement de Verneau, à travers notamment un chantier d'avenir engageant 9 jeunes issus du quartier. 

Sans doute le meilleur moyen pour, au-delà des coutures urbaines, redessiner le tissu social des lieux.

Le coût global de la "métamorphose de Verneau" est estimé à 13 M€ et bénéficie d'un financement Anru à hauteur de 900 000 €. Le reste est apporté par la ville, à 7,1 M€, les 5M€ restants étant financés par les recettes des droits à construire.

Belle-Beille et Monplaisir éligibles aux financements Anru

Impossible de parler de Verneau sans parler de la bonne nouvelle tombée en pleine séance du conseil municipal, lundi soir, et saluée d'un bout à l'autre de l'échiquier politique. Les quartiers de Belle-Beille et Monplaisir ont été retenus, par le Ministère de la Ville, parmi les 200 quartiers pouvant bénéficier du nouveau programme national de renouvellement urbain, qui couvrira la période 2014-2024. Reste désormais, pour la collectivité, à présenter les dossiers des deux quartiers devant l'Anru, au mois de février, afin de connaître le niveau de financements envisageables pour ces opérations.

Pour rappel, les 5 milliards d'€ nécessaire au financement du PNRU 2 sont apportés par le collecteur du 1 % logement (Action logement) et par l'investissement à hauteur de 20 milliards d'€ des collectivités sur l'ensemble du territoire.

Comme c'est le cas pour Verneau, les travaux de reconstruction d'immeubles HLM dans le cadre de la rénovation urbaine bénéficient d'une TVA à 5,5 %. Autre objectif affiché par les ministères lors de l'annonce du PNRU 2, mardi : la relance du bâtiment, par ce qui constitue le plus gros chantier BTP de France sur la période...




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com