Romain Laveau (EELV) : "Nous sommes les seuls pour la suppression du département"

Elections départementales - Les forces en présence #2


Rédigé par - Angers, le 14/03/2015 - 06:30 / modifié le 14/03/2015 - 08:00


Les élections départementales, premières du genre, se dérouleront les 22 et 29 mars prochains, pour élire les 42 conseillers départementaux. La rédaction d'Angers Mag a interrogé les six responsables des principales forces politiques du département. La parole est aujourd'hui à Romain Laveau, secrétaire départemental d'Europe Ecologie Les Verts 49 (EELV 49).



Romain Laveau (EELV) : "Nous sommes les seuls pour la suppression du département"
Dans quel état d'esprit êtes-vous ?
"Plein d'allant. Nous soutenons 13 équipes sur le département dont 10 ont été vraiment formées à l'initiative d'Europe Ecologie avec principalement des candidats d'EELV à leur tête mais aussi avec un certain nombre de citoyens, issus de la société civile qui nous ont rejoint. C'est ce qu'on souhaitait pour ces élections où nous nous présentons de façon autonome."

Pourquoi ce choix de l'autonomie ?
"On a discuté avec les différentes forces de gauche mais nous n'étions pas forcément raccord sur l'ambition et la vision pour le département. Nous sommes la seule formation politique qui milite pour la suppression du département, ce qui n'est pas une mince différence. Pourquoi ? Parce que dans le contexte de crise politique actuelle, il faut que nous donnions des signes et, parmi eux, la simplification du jeu politique et de l'organisation territoriale nous paraît essentielle."

Mais pourquoi supprimer précisément le département ?
"Nombre de personnes que nous rencontrons actuellement ne savent même pas qu'il y a des élections prochainement. Surtout, ils ne savent pas associer d'élus voire même des compétences au Conseil général. Il y a un schéma institutionnel qui est devenu tellement compliqué que les gens ne s'y retrouvent pas. Et pire qui les dissuade de vouloir y participer. Quand on voit le niveau auquel on annonce l'abstention, sans doute au delà de 50%, il nous faut apporter des réponses à tous ceux qui rejettent le système."

Inévitablement, on a envie de vous demander : à quoi bon vous présenter ?
"Mais justement pour défendre et argumenter ce projet de suppression de la collectivité."

Manuel Valls voulait la supprimer, le Parlement a travaillé finalement à son maintien : comment interprétez-vous la reculade sur ce projet ?
"On regrette surtout qu'il n'y ait pas eu une vision dès le début du mandat du nouveau gouvernement et que l'on s'attaque tout de suite à la réforme territoriale. En prenant le temps de la concertation mais en mettant l'accent sur la simplification et la redistribution des compétences entre Etat, Régions et intercommunalités."
 
"On aimerait aussi expérimenter un revenu minimum d'existence pour les 18-25 ans. Il serait au niveau de l'actuel RSA et ne serait destiné qu'à ceux qui sont le plus loin de l'emploi et en rupture familiale."

Quid de tout le travail social porté par le département ?
"Pour la partie des compétences sociales obligatoires, nous pensons que l'Etat peut garder ce rôle et le financer complètement. Pour les autres questions, des intercommunalités solidifiées pourraient les prendre en charge. C'est ce qui se passe en région lyonnaise. Quant aux transports scolaires, aux collèges, au développement économique, c'est à la Région, assez naturellement, de les assumer."

En attendant, le Conseil général essaye de limiter ses dépenses sociales. Votre point de vue sur sa volonté de partager le financement des éducateurs de rue avec les villes concernées ?
"C'est la première fois, avec Angers, que je vois une ville prête à financer en disant  "on y va, tout va bien". C'est très étonnant."

Faut-il s'en plaindre, quand on pense à la redistribution des compétences que vous défendez ?
"Dans des transferts de compétence actés, je veux bien. Mais pas dans des transferts subis ! Là, on voit bien les connections qui existent entre la Ville d'Angers et le Conseil Général et, d'ailleurs, les autres villes (Cholet, Saumur, Trélazé) n'ont pas tenu la même position, ce qui fait que le déficit de financement n'est toujours pas comblé. Nous sommes pour le renforcement de ce volet de prévention de la jeunesse. On aimerait aussi expérimenter un revenu minimum d'existence pour les 18-25 ans. Il serait au niveau de l'actuel RSA et réservé à ceux qui sont le plus loin de l'emploi et en rupture familiale. Nous avons chiffré le projet à 25 millions d'euros pour environ 4000 jeunes. C'est un budget important mais on souhaite que ce soit une priorité."

Je reviens aux élections, quels sont vos objectifs ?
"On espère qualifier quelques équipes pour le second tour, en se souvenant que nous avions fait de très bon scores en 2011 sur Angers avec des résultats au 1er tour entre 15% et 25%. On a bon espoir sur Angers 2 avec Marianne Prudomme et Bruno Baron, un binôme expérimenté, tout comme Vincent Dulong et Virginie Brochard sur Angers 1. A Chalonnes et Segré aussi, nous espérons pouvoir aller au deuxième tour."

Et pour le deuxième tour, quelle stratégie, quelles consignes ?
"Il y a un certain nombre de points qu'il faudra affiner le moment venu selon nos scores et la réalité des cantons, mais ce qui est clair, c'est qu'il n'y aura pas une seule voix des écologistes pour des candidats de la Majorité Départementale."

Même en cas de duel avec le Front National ?
"Dans ce cas, nous appellerons à faire barrage aux extrémismes."
 
Terra Botanica ? "Nous ne sommes pas favorables à sa vente au secteur privé. Nous défendons l'idée, après concertation, de le transformer en parc public."

Comment appréhendez-vous la question de l'endettement du Conseil Départemental ?
"Cet endettement a atteint un niveau énorme et il faut aller vers un allègement mais ça ne se fera pas du jour au lendemain. Concrètement déjà, nous proposons de stopper complètement le plan de mise à 2X2 voies de certaines routes départementales. Pour Terra Botanica, nous ne sommes pas favorables à sa vente au secteur privé. Nous défendons l'idée, après concertation, de le transformer en parc public avec un pôle éducatif et un pôle entrepreneurial destiné à des entreprises qui pourraient louer des locaux. On serait aussi favorable à la revente d'une partie des terrains pour la construction de logements, ce qui pourrait constituer une source de revenus."

Votre position par rapport au dossier du Collège Public de Beaupréau ?
"On soutient depuis longtemps sa création. Initialement, le principe républicain, c'est un collège par canton : il n'y a pas de raison que Beaupréau n'ait pas son collège surtout que la Région a proposé de créer une cité scolaire pour agréger le collège au lycée actuellement en construction."

Avec quels moyens ?
"Il y a une gestion du patrimoine au Conseil général qui n'a pas toujours été à la hauteur. Renforcer l'efficacité énergétique des bâtiments, à commencer par les collèges, pourrait là aussi générer quelques économies."



Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par iroq le 14/03/2015 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi supprimer le Département ? Et Pourquoi pas la Région ?

1) Le parti les Verts défend une réunification de la Bretagne à 5 départements au titre de l’identité locale et a défendu le maintien de la Région Alsace. Peut-être… mais pourquoi alors supprimer le Département qui correspond à une identité locale pour d’autres territoires : Anjou, Vendée… Question de justice.

2) Supprimer le Département signifie éloigner davantage les centres de décision politique pour une part importante de la po...

2.Posté par Daniel Fleury le 19/03/2015 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors pourquoi donc se présenter à une élection départementale quand on veut supprimer le département ? Pour y parler écologie ou lutte des places ? Dans les combats quotidiens, on voit assez peu ces beaux parleurs... N'y a-t-il donc que les élections qui les intéressent ?















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com