Rugby : France – Galles à Angers aussi …


Rédigé par - Angers, le 10/02/2013 - 10:07 / modifié le 10/02/2013 - 22:01


Il y avait de l’ambiance hier soir, dans la salle Thiers à Angers, lors de la rencontre France – Pays de Galles, remportée comme l’on sait par les Gallois. Comme il le fait chaque année, le club de Rugby Loisir « les Andécaves » reçoit ce week-end les vétérans de Cardiff. Même si ces deux clubs sont désormais amis, ça chauffait un peu hier soir pendant la retransmission télévisée.



Pour les vétérans, l'esprit du rugby est toujours là
Pour les vétérans, l'esprit du rugby est toujours là
la rédaction vous conseille
Le rugby a ça de bien : on s’affronte physiquement sur le terrain pendant 80 minutes, on ne se fait pas de cadeaux et ensuite, quel que soit le vainqueur, on se congratule. Brutes épaisses sur le gazon, mais vrais bon amis ensuite, toujours prêt à partager une bonne pinte, c’est tout l’avantage d’un sport dont les pratiquants partagent de vraies valeurs humaines.

C’est le cas ce week-end à Angers où les vétérans du club de rugby loisir, « les Andécaves », rattaché au SCO Rugby Club, reçoivent leurs amis du club de ELY, près de Cardiff (Pays de Galles), une délégation de 60 personnes joueurs, femmes et amis, venue tout spécialement en car.

« Nous rencontrons les Gallois tous les ans, dans le cadre du tournoi des six nations », explique Philippe Gicquel, véritable mémoire vivante du club de vétérans angevins créé en 1983. « Quand la rencontre entre les deux équipes nationales a lieu en France, nous recevons les Gallois à Angers et nous allons à Cardiff quand le match se déroule en Grande-Bretagne ».

Dans tous les cas, ces rencontres donnent aux joueurs l’occasion de passer de bons moments ensemble et de partager les valeurs du rugby : la solidarité et la convivialité. Et même s'ils s’affrontent durement sur le terrain, l’ensemble se déroule tout de même dans un esprit de franche camaraderie.

« Nous sommes très heureux d’être ici. Maintenant nous sommes de vrais amis, même s’ils nous ont battu ce matin », déclarait le très british Peter Collins, avec son nœud papillon aux couleurs de l’étendard gallois. « Mais nous allons battre la France ce soir … ». Il ne croyait pas si bien dire.



« Nous ne nous comprenons pas toujours, mais après quelques Guiness … »

Un peu de douceur, dans un monde de brutes ... sympathiques
Un peu de douceur, dans un monde de brutes ... sympathiques
Pendant ces trois jours en terre angevine, les Gallois, reçus vendredi matin à l’hôtel de ville d’Angers par Michel Houdbine, l’adjoint aux sports, ont affronté les Andécaves, le lendemain matin sur le terrain de la Baumette. « Pas vraiment faciles à jouer les Gallois, ils sont très offensifs sur le terrain et ne veulent pas se laisser déborder. Nous sommes à égalité 7 à 7 pour l’instant », déclarait Michel Colas, le président des Andécaves, lors d’un remplacement. « Les Gallois jouent toujours pour gagner, c’est évident, mais c’est le sport ».

Sans casse, à peine quelques ecchymoses aux visages et aux membres, les Gallois ont plié, les Angevins réussissant à les enfoncer et marquer les essais et pénalités qui feront la différence pour gagner 12 à 7. Rien de grave, l’enjeu le plus important ayant lieu en soirée entre les deux équipes nationales.

Pour cela Gallois et Angevins ont quitté la boue de la Baumette pour se replier dans la salle Thiers-Boisnet, dans le centre-ville pour festoyer et regarder ensemble, sur un grand écran, la rencontre tant attendue. « Si nous étions plus près de Paris, nous aurions pu aller le voir sur place. Nous nous contenterons de cette retransmission », commentait un joueur, une pinte de bière à la main. « À Cardiff nous allons voir les matchs au Millenium stadium. C’est tout simplement extraordinaire ».

Après les hymnes nationaux, dans la salle Thiers il y avait autant d’ambiance que dans les tribunes du stade de France. La bière coulait à flot et les Gallois chantaient comme s’ils étaient au bord de la pelouse. Et puis des cris de joie se sont élevés, lorsque les joueurs du Pays de Galles ont remporté la victoire, 16-6, sans véritable panache, il faut l’avouer, contre une équipe de France tout aussi décevante.

Qu’importe le vainqueur, salle Thiers, Angevins et gallois ont arrosé la victoire, la bière ayant coulé jusqu’au bout de la nuit. « Nous ne nous comprenons pas toujours, mais après quelques Guiness, nous parlons tous la même langue », complétait hier soir Philippe Gicquel. Le séjour des Gallois est complété par des visites dans des lieux qu'ils apprécient : les caves à vin de la région angevine. Tout un programme...




Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par François G le 11/02/2013 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Message à l'attention des andécaves : va falloir travailler nootre portée en touche, y'a pas photo quand on voit la photo....















Angers Mag