Séance critique : "Ave, César", de Joel et Ethan Coen


Rédigé par Florence VASCA - Angers, le Vendredi 19 Février 2016 à 08:30


Nouvelle signature et nouveau rendez-vous sur Angers Mag. Dans "Séance critique", deux fois par mois, Florence Vasca nous fera partager son regard sur un film à l'affiche. Et c'est cette semaine le dernier opus des frères Coen, "Ave, César", et son casting 4 étoiles, qui a retenu son attention.



Ethan Coen, Joel Coen, Josh Brolin et George Clooney, sur le tournage de "Ave César". Copyright Universal Pictures
Ethan Coen, Joel Coen, Josh Brolin et George Clooney, sur le tournage de "Ave César". Copyright Universal Pictures
la rédaction vous conseille
Dans les années 50, Eddy Mannix -campé par Josh Brolin- manager dans un grand studio hollywoodien a un emploi du temps des plus chargés. En effet, il doit régler à longueur de journée une multitude de problèmes causés par  le comportement d'acteurs dont il a la responsabilité. La coupe est pleine lorsque la star d'un péplum (George Clooney) disparaît en plein tournage.    

Présenté en ouverture du dernier festival de Berlin, le 17ème film des frères Coen nous plonge dans les coulisses de cette formidable machine à rêves qu'est le Hollywood de l'après-guerre. En revisitant tous les genres cinématographiques de l'époque, « Avé César » restitue avec brio les plateaux de tournage à l'âge d'or des westerns, péplums et comédies musicales en tout genre. Le film nous replonge dans une période où la religion est omniprésente (la scène d'ouverture se  passe dans un confessionnal),  pendant que les fameuses commères (Tilda Swinton) font et défont les réputations. 

Le duo de réalisateurs dénoncent la toute puissance des studios d'antan, leur interférence dans la vie privée des stars qu'ils ont fabriquées ; leur domination  des metteurs en scène à qui l'on impose des acteurs au jeu calamiteux (scène hilarante). Ils attaquent le système ultra-capitaliste du 7ème Art en lui opposant le discours marxiste d'auteurs qu'il exploite (le héros du film « Barton Fink » était déjà un scénariste, parent pauvre du star-système).
En revisitant tous les genres cinématographiques de l'époque, « Avé César » restitue avec brio les plateaux de tournage à l'age d'or des westerns, péplums et comédies musicales en tout genre

Les scènes de danse sont une vraie prouesse visuelle. Le numéro de claquettes notamment est filmé avec maestria et le ballet aquatique est une pure féerie kitch. Le casting 4 étoiles est à la hauteur de la reconstitution. On notera au passage la performance de danseur de Channing Tatum en digne héritier de Fred Astaire tout comme celle de Ralph Fiennes en metteur en scène au bord de la crise de nerf. George Clooney, quant à lui, nous délivre une composition d'un roi du cabotinage toute en 'auto-dérision.

Si parfois on peut se perdre dans le nombre pléthorique des personnages ou regretter un récit un peu décousu, on ne boudera pas son plaisir de spectateur. Les  frères Coen n'ont rien perdu de leur sens inné de la comédie satirique. « Avé César » est bien plus qu'un .pastiche : un divertissement ambitieux doublé d'un  hommage teinté de nostalgie à  l'âge d'or du cinéma hollywoodien.













Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com