Spectacle vivant, ça s’agite en coulisse


Rédigé par - Angers, le 14/10/2013 - 07:23 / modifié le 14/10/2013 - 18:02


Ce mardi aux Ponts-de-Cé, le SAAS (Structures artistes associés solidaires) inaugurera son troisième pôle de spectacle vivant. Huit compagnies angevines y cohabiteront, comme d'autres le font déjà à Mûrs-Erigné et à Angers. Mais au fait, savez-vous ce que c'est que le SAAS ?



Le SAAS a théâtralisé l’inauguration de la Cité à Angers, le 28 septembre.
Le SAAS a théâtralisé l’inauguration de la Cité à Angers, le 28 septembre.
la rédaction vous conseille
Une fois n’est pas coutume, lors de l’inauguration de la Cité des Associations d’Angers, fin septembre, le SAAS (Structures Artistes Associés Solidaires) a dérogé à l’un des ses principes fondateurs : « Il s’agit d’un regroupement économique et non pas artistique ».

Une vingtaine d’artistes de compagnies différentes ont pourtant offert aux premières heures de la Cité le fruit d’une création commune. Qu’importe, il fallait bien cela pour célébrer l’installation du siège social du « cluster théâtral » aux portes du Chabada. Et les 10 ans d’un collectif aussi hétéroclite dans sa composition qu’original dans son fonctionnement. Retour aux sources : en 2003, le torchon brûle entre le gouvernement et les acteurs du spectacle vivant au sujet de l’assurance chômage.

Un collectif 49 se met en place : « Nous nous sommes rendus compte durant les manifs que l’on ne se connaissait pas, entre artistes et compagnies, se souvient Marie Gaultier, l’une des membres de la cellule com’ du SAAS. Après un été de mouvements, on trouvait dommage que cet élan ne se poursuive pas ». Le SAAS voit donc le jour, composé d’artistes et de compagnies professionnelles du spectacle vivant. « La singularité, c’est le fonctionnement en démocratie représentative, souligne Samuel d’Aboville, administrateur. Avec notamment une nomination de la présidence par tirage au sort ».


Emulation intellectuelle

Des statuts peu communs, censés réduire les sentiments de concurrence à peau de chagrin et pérenniser l’existence du cluster. Dix ans plus tard, la pari semble réussi : près de 30 compagnies, basées en Anjou, composent le SAAS. Parlons gros chiffres, puisque c’est dans l’air du temps. « Le SAAS représente plus de 60 % de la filière théâtrale en Anjou », souligne Samuel d’Aboville. C’est aussi une moyenne de près de deux spectacles par jour tout au long de l’année, 85 spectacles en tournée et 80 000 spectateurs.

Un satisfecit ? « En aucun cas », répondent-ils en chœur. « Ces chiffres soulignent juste le poids que représentent nos compagnies dans le champ créatif du département », relève Virginie Brochard, comédienne. Un poids grandissant « et réparti sur l’ensemble du territoire », insistent les membres du SAAS.

A l’heure actuelle, le cluster compte trois pôles d’activité mutualisés : un « historique » à Mûrs-Erigné, un deuxième plus récent aux Ponts-de-Cé et le dernier, tout frais intégré, à la Cité des Associations d’Angers. Au-delà des lieux de répétition et des bureaux indispensables au bon fonctionnement d’une compagnie, « il s’agit de lieux de rencontres, avec une saine émulation intellectuelle entre artistes très différents », note Marie Gaultier.

Ce sont de ces discussions que naissent les projets du SAAS, tous discutés puis lancés en assemblée générale. L’un d’eux voit le jour en ce moment-même avec l’édition, – numérique dès maintenant, papier début 2014 –, d’un catalogue unique des spectacles des compagnies. Plus de 200 pages de spectacles en tournée, créés localement, dans lesquels les professionnels peuvent venir piocher à l’envi.

« Outil pour montrer le poids du SAAS en région et vendre nos spectacles auprès des écoles et des bibliothèques », le catalogue est aussi une étape importante dans la séduction des programmateurs locaux. « Certains lieux de culture montent une saison sans programmer un seul spectacle de compagnies locales », glisse Marie Gaultier. Ils ne pourront plus dire qu’ils n’étaient pas au courant...


Un temps fort cet hiver

En plus du festival « Ça chauffe », programmé tous les ans, aux vacances d’hiver, à Mûrs-Erigné, le SAAS bûche en ce moment sur la tenue d’une conférence au THV de Saint-Barthélemy, en décembre, en présence de tous les acteurs du spectacle vivant : compagnies, directeurs de théâtre, programmateurs, élus...

Le but ? « Refonder nos façons de travailler », résume Marie Gaultier. « Et voir si l’envie est là de travailler tous ensemble pour s’en sortir », conclut Samuel d’Aboville.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03