Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 23 Octobre 2014



Technicolor, pas d'éclaircie à l'horizon


Rédigé par Lucien LUNEAU - Le 23/08/2012 - 23:44 / modifié le 24/08/2012 - 08:29


Pas rassurés avant, pas plus rassurés après. Les représentants du personnel de l'usine Technicolor d'Angers sont sortis de la réunion de travail organisée ce jeudi à la préfecture de Maine-et-Loire, aussi inquiets qu'ils y étaient entrés. Motif principal de cette inquiétude : la confirmation d'absence d'engagement du groupe électronique, à ce jour, à fournir la charge de travail souhaitée par les candidats potentiels à la reprise du site industriel, pour amorcer leurs propres projets.



Technicolor, pas d'éclaircie à l'horizon
Trois pistes semblent pourtant encore d'actualité : une reprise d'activité par un groupe électronique régional, un projet d'ateliers partagés porté par d'autres entreprises du secteur et, enfin, une piste indienne autour de laquelle règne le plus grand flou. Dans un communiqué publié en début de soirée, Angers Loire Métropole - que représentait son président, Jean-Claude Antonini -, n'évoque d'ailleurs que « deux projets jugés crédibles ».

Peut-on seulement parler officiellement de candidats ? « Non, pas vraiment, concède Odile Coquereau, la représentante de la CGT qui assistait aux débats, Il ne s'agit encore que de marques d'intention qui, toutes sont conditionnées à un maintien de charge sur le site. »

Technicolor veut-il bouger ?

De fait, selon la responsable syndicale, la réunion a porté essentiellement sur ce point : « Nous avons réinterpellé Technicolor sur sa responsabilité. Les élus locaux, régionaux et le représentant de la ministre aussi. » Pour Luc Belot, il est « essentiel que le groupe Technicolor assure les conditions nécessaires pour qu’au moins l’un des projets de reprise puisse voir le jour. » Reste que pour entendre ce message univoque, seuls des « seconds couteaux » représentaient le groupe. Un signe difficile à interpréter positivement, même en cette période de vacances.

La prochaine audience du tribunal de commerce de Nanterre qui a mis en redressement judiciaire l'ex-Thomson Angers, est fixée au 6 septembre, rappelons-le. Et l'arrêt effectif de l'activité industrielle de Technicolor, quelques jours plus tard. L'espoir est mince, reconnaissent eux-mêmes les représentants syndicaux. Sauf à ce que la pression politique finisse par faire bouger la position du groupe électronique, et rendre possible la poursuite de la période d'observation. Ambition réaliste ou vœu pieu ?

A lire sur le Point.fr : A Hollywood, l'autre visage de Technicolor











Angers Mag



















Instagram


cookieassistant.com