Tempo Rives : un été avec Grise Cornac


Rédigé par - Angers, le Jeudi 28 Juillet 2016 à 08:00


Avant que la pop psyché des Turcs de Baba Zula ne vienne enflammer la scène de Tempo Rives, ce jeudi soir, Cale de la Savatte, ce sont les textes et mélodies ciselées des Angevins de Grise Cornac qui ouvriront le bal. Prêtez donc l'oreille à cet instant de poésie, orchestré par Aurélie et Quentin, que nous avions longuement rencontrés en début d'année...



Grise Cornac viendra défendre sa musique et son album, "L'Etre à la Nuit", ce jeudi soir, sur la scène de Tempo Rives.
Grise Cornac viendra défendre sa musique et son album, "L'Etre à la Nuit", ce jeudi soir, sur la scène de Tempo Rives.
la rédaction vous conseille
Une maison en bord de Louet. Sur les quais qui longent le bras de Loire, une petite table ronde est installée là, au cœur de l’hiver, prête à accueillir les invités comme les envies d’air pur de Grise et de son Cornac. Sans doute plus qu’un détail, le cadre de vie que se sont choisis Aurélie (Grise, au chant) et Quentin (Cornac, à la guitare, au piano, au violoncelle…) invite à se poser un instant, à contempler l’évanescence ; bref, à prendre son temps. "Sous chaque seconde, les accents d'éphémère balaient le monde", écrit Aurélie dans « Le Peuple du vent », l’un des 11 titres ciselés du premier album du duo, sorti le 27 janvier dernier. 

Le rapport au temps, ferment d’une histoire débutée à la fin des années 2000 dans les rangs du groupe angevin Swing Sofa. Aux côtés de Quentin, mais également d’autres compagnons de jeu comme Sébastien Chevillard –désormais guitariste chanteur de Cherry Plum  - Aurélie y « torture le français, à la voix comme à l’écriture ».  C’est l’époque, pas encore si lointaine, de l’Association départementale de danse et de musique, vivier de talents locaux en recherche. La jeune femme a « beaucoup de matière » en elle : le chant choral, le classique, le gospel… « j’avais tout ça à ma disposition pour faire mes tableaux ». Restait à trouver le support musical idoine, qui s’est imposé très vite comme une évidence. « Quand Quentin joue, je peux l'écouter des heures, c'est comme des bandes sonores, j'y vois des attitudes, des sentiments, des paysages ».

Une recette infaillible pour composer ? « L'écriture, c'est un processus assez long, complexe, sans réelle recette », tempère Quentin. « Juste une constante : la maturation est longue avant que ça sorte d'ici. » Rien de douloureux là-dedans. Au contraire. "Au centre de tout, il y a le jeu. Parfois, une forme de suspens s'instaure : comment surprendre l'autre ? Sur quelle note va se terminer ce morceau ? Quels accords majeurs dans un univers mineur ? » résume Aurélie.
 
"Au centre de tout, il y a le jeu. Parfois, une forme de suspens s'instaure : comment surprendre l'autre ? Sur quelle note va se terminer ce morceau ? Quels accords majeurs dans un univers mineur ?"

Alors que Swing Sofa s’éteint, Grise Cornac part en quête d’une identité propre, au gré de quelques concerts et de longues heures de musique en commun. En prenant un luxe suprême : celui du temps. Grise et son Cornac mènent une vie à deux, mais pas avec le même langage. « Oui, il a fallu du temps pour établir un vrai monde, une vie autour de notre ligne artistique », acquiesce Quentin. Une sorte de bulle, en somme, dans tout ce qu'elle a rassurant, mais aussi de fragile : "Notre univers s'ouvre vite sur d'autres horizons. Il faut souvent freiner la créativité de Quentin pour le conserver », avance Aurélie, complétée par Quentin : « Il nous reste encore de longues années pour explorer plus avant cet "autre chose". » 

« L'être à la nuit » est ainsi née de cette alchimie, « quelque chose d'intime, de propre à nous deux, mais composé en associant les mots des gens à mes propres mots ». Entouré « de gens qui ont toujours eu un œil affectueux sur notre recherche » -Coline Linder (violon, alto, scie musicale), Tony Baker (également pianiste de Kwal) ou Denis Péan, des Lo’Jo), Grise Cornac   livre ainsi un album sensible et singulier, qui s’ouvre sur « Le Jetée » et se referme sur « La bise », avec quelques perles : « Prose » ou « Dors » sont de celles-ci, qui donnent envie de se poser en bord de Louet.
Voir le temps s’écouler au rythme de Grise et de son Cornac. 

Quel est votre meilleur souvenir de la scène angevine ?
"Le 27 Janvier 2016, au Chabada, pour la sortie de l'album Grise Cornac."
Quelle est la musique que vous écoutez en ce moment ?
"Patrick Watson et pas mal de musique classique."
Quel instrument vous définit le mieux ?
"La guitare, le violoncelle"
Si vous pouviez retourner dans une époque musicale, laquelle serait-elle ?
"La période année 50/60".
Le lieu dans lequel vous rêvez de vous donner en concert ?
"Je viens d'aller voir en concert David Gilmoor au Chateau de Chantilly près de Paris et là, c'est du beau, du lourd. Ça me dirait bien !"
Quel est votre programme de l'été ?
"Tournage du clip en Août, quelques concerts à droite à gauche et des VACANCES !"




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com