Terra Botanica : l'heure des comptes ?


Rédigé par - Angers, le 11/10/2013 - 17:44 / modifié le 11/10/2013 - 17:48


Terra Botanica s'est invité jeudi soir au Conseil d'agglomération d'Angers, par la voix du maire des Ponts-de-Cé Joël Bigot, "inquiet sur l'avenir financier" du parc du végétal, enfant chéri de Christophe Béchu, président du Conseil général. Entre réalité économique et petit jeu politique, il va s'agir d'y voir clair...



En juillet dernier, Terra Botanica avait fêté son millonième visiteur. A droite, le PDG de Terra Botanica, Jean-Pierre Chavassieux.
En juillet dernier, Terra Botanica avait fêté son millonième visiteur. A droite, le PDG de Terra Botanica, Jean-Pierre Chavassieux.
la rédaction vous conseille
Précision : Cet article a été mis à jour deux fois ce vendredi, suite d'abord à l'"enquête" que Ouest-France a consacré au sujet dans son édition du jour, puis à la réaction que celle-ci a entrainé de la part du président du parc, Jean-Pierre Chavassieux.

Ce ne devait être qu'une délibération parmi d'autres, l'adoption classique par les conseillers communautaires du rapport d'activités de la Société anonyme d'économie mixte locale "Terra Botanica".

Pas très sexy tout ça, et pourtant... au détour d'une courte prise de parole, le maire socialiste des Ponts-de-Cé, Joël Bigot, a capté l'attention de l'assistance. Représentant de l'agglo au Conseil d'administration de Terra Botanica, l'élu angevin a fait part des ses "inquiétudes sur l'avenir financier" du parc d'attractions. "Je ne peux pas en dire plus, mais je demanderai des précisions au président de la SEM Terra Botanica" (N.D.L.R Jean-Pierre Chavassieux, conseiller général UDI).

Quelques minutes après la fin de la séance, l'élu est plus causant, mais reste vague : "Nous ne sommes pas là pour enfoncer Terra Botanica, mais j'ai un devoir d'alerte", explique Joël Bigot. "Il nous faut des précisions sur le bilan de Terra Botanica car le parc a des difficultés récurrentes. L'an passé, le Conseil général n'avait pas demandé son loyer, ce qui pourrait encore être le cas cette année si l'on considère que le vote du compte de gestion a été différé au début de l'année prochaine", précise-t-il.

En dehors du Puy du Fou et du Bioparc de Doué-la-Fontaine, l'ensemble des parcs à thèmes régionaux ont souffert cette année. Terra Botanica n'a pas échappé à la règle, voyant les touristes arrivés très tard dans la saison.

"Les finances de Terra Botanica ne sont pas dans le rouge"

Selon nos confrères de Ouest-France qui consacrent une "enquête" ce vendredi au sujet, le parc a vu son chiffre d'affaires baisser de 20% par rapport à 2011. "Le seule exploitation de Terra Botanica se solde par un déficit de 1,149 millions d'euros" écrit le quotidien qui n'hésite pas à parler de "chiffres désastreux".

La direction de Terra Botanica se refusait vendredi midi à confirmer ou infirmer ces informations, laissant le soin à Jean-Pierre Chavassieux, l'élu-président du parc, d'y apporter un "correctif". "Les finances de Terra Botanica ne sont pas dans le rouge et l’avenir du parc n’est pas compromis. Loin s’en faut !" indique ce dernier, précisant que "le compte d'exploitation 2013 sera équilibré."

Si Jean-Pierre Chavassieux reconnaît que "la fréquentation du site a souffert l'an passé, comme cette année", il se dit "étonné, pour ne pas dire choqué, par l'analyse qui est faite sur la base des chiffres de l'année 2012". "La vérité, écrit-il encore, c'est qu'il y a eu des dépenses exceptionnelles qui ont été financées par des recettes exceptionnelles". Concernant les "dépenses d'aménagement imprévues" évoquées par Ouest-France, il parle de "sommes non récurrentes" qui "ont toujours été prévues dans le plan de financement et n'ont donné lieu à aucun complément (...) au-delà de l'enveloppe initiale."

Voilà pour la réalité économique. Reste un autre réalité, politique celle-ci : alors que les élections municipales se profilent, s'interroger sur Terra Botanica, c'est s'interroger sur l'un des projets phares du président du Conseil général Christophe Béchu (UMP), candidat déclaré à la mairie d'Angers... Dans son communiqué, Jean-Pierre Chavassieux n'hésite pas à parler de "manoeuvre de certains élus de la majorité à la Ville et à l'Agglo d'Angers", estimant que "Terra Botanica ne doit pas être l'otage des élections municipales à Angers."




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Jean-François le 11/10/2013 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La ficelle politicienne employée par les adversaires de Christophe Béchu est grossière et particulièrement irresponsable : au moment où est annoncée la fermeture, bien réelle celle-ci, du cinéma les Variétés, tentons un contre-feu en laissant entendre que Terra Botanica serait dans le rouge... Sans l'affirmer trop clairement bien sûr, puisqu'on sait que c'est faux. Mais essayons toujours ! Et tant pis si en racontant ces bobards on affaiblit un outil économique essentiel du département ainsi ...

2.Posté par Michel le 27/10/2013 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si la fréquentation de Terra Botanica n'est pas à la hauteur des espérances cela montre qu'il ne correspond pas à un besoin. Les gens ne sont pas prêts à payer pour emmener leurs enfants découvrir un ersatz de nature sur une rivière artificielle. Le public mérite mieux que ça. Quel gaspillage !!!
Cet argent aurait été tellement mieux utilisé à restaurer le coeur des villages d'Anjou, aux façades en pierre, dans les règles de l'art. Cela serait tellement plus attractif pour les touristes Améric...

3.Posté par IVC le 30/10/2013 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La difficulté à laquelle sera toujours confronté ce parc est celle du renouvellement, à la différence du Futuroscope. De plus, en effet, cela reste bien cher pour contempler un ersatz de nature, la vallée de la Loire offrant de plus belles possibilités.















Angers Mag