Terra Botanica : le « jardin extraordinaire » de Christian Gillet


Rédigé par - Angers, le 10/04/2015 - 09:32 / modifié le 10/04/2015 - 09:48


Le parc ludo-éducatif Terra Botanica, dédié au végétal, ouvre ses portes samedi à Angers, pour sa sixième saison. Christian Gillet le nouveau président du Conseil Départemental et du Groupement d’Intérêt Public qui gère désormais le parc, organisait jeudi une visite des lieux.



Christian Gillet aura-t-il les dents aussi longues que le tyrannosaure que les visiteurs croiseront dans le parc ?
Christian Gillet aura-t-il les dents aussi longues que le tyrannosaure que les visiteurs croiseront dans le parc ?
la rédaction vous conseille
Un bon signe ? Un soleil radieux illuminait jeudi le parc Terra Botanica. À deux jours de l’ouverture, les ouvriers s’affairent pour les derniers réglages. C’est le jour choisi par Christian Gillet et Philippe Chalopin, respectivement président et vice-président du Département de Maine et Loire pour faire une dernière visite avant de laisser le parc aux visiteurs.
 
« Il y a un an au vu de la situation financière et des critiques qu’essuyait ce parc, je ne vous cache pas que j’étais relativement inquiet », avoue Christian Gillet. « Nous avons consulté les autres parcs, les professionnels de la filière, et nous avons regardé ce qui ne marchait pas. Après les quelques erreurs d’orientation, de communication, je pense que nous repartons d’un bon pied ».
 
« Nous avons une vocation à être attractifs mais pas à être un parc d’attractions »

En phase avec son directeur, Denis Griffon, que nous avions rencontré la semaine dernière, le président confirme que pour réussir le parc se devait de se recentrer sur ses fondamentaux. « Le parc aura désormais un objectif touristique, économique et professionnel. Il aura aussi une vocation scientifique et pédagogique » appuie Christian Gillet qui affirme avoir rétabli les liens avec les professionnels de la filière végétale et le monde scientifique et universitaire. Les objectifs de départ.
 
« Nous avons une vocation à être attractifs mais pas à être un parc d’attractions », martèle le président comme pour faire oublier les années précédentes. « Pour cela nous allons en faire une vitrine de la biodiversité et de l’écologie durable. Un parc pédagogique, un jardin extraordinaire où l’on vient pour comprendre la nature ».
 
Et pour illustrer ce changement de cap, les lutins et autres pirates qui amusaient la galerie seront remplacés par des jardiniers, des fleuristes, des professionnels du végétal « qui auront pour mission d’expliquer le paysage, même dans le ballon captif qui sera mis en place à la mi-juin », précise Denis Griffon, le nouveau directeur du parc.
 
Mais pour captiver et surprendre le visiteur, des animations seront confiées à des compagnies de théâtre de rue. Des rendez-vous thématiques,  des festivals floraux notamment, seront organisés au cours de l’année, afin de créer l’événement.
 
« Nous sommes convaincus qu’il peut être rentable. On parle de ses côtés négatifs, mais pas des retombées économiques qu’il procure ».

« Le vert est à la mode. Il n’y a qu’à regarder autour de nous, le végétal revient à toutes les sauces », ajoute Denis Griffon, convaincu que ce virage portera ses fruits, c’est d’ailleurs le challenge qu’il s’est fixé en acceptant son poste.
 
Si l’accent est mis sur l’accueil d’enfants dans le cadre de classes vertes et de rencontres scientifiques l’objectif est de faire venir parents et grands-parents pour favoriser la transmission du savoir.  Reste le prix, revu à la baisse, mais toujours élevé pour les familles et notamment pour les Angevins qui restent les meilleurs VRP de ce parc. Un tarif particulier à 10€ leur est accordé, seulement pendant le mois d’ouverture.
 
Si ce repositionnement est censé rassurer les plus pessimistes, les détracteurs et notamment les adversaires politiques n’en démordent pas : « Ce parc est couteux et inutile ». Surtout lorsque les finances du Département sont au plus bas.
 
« Terra Botanica dont le Département a voté la construction en 2004, a été reconnu par l’Union Européenne comme un grand équipement structurant et à ce titre il est normal que les collectivités locales soient à ses cotés. Pas question d’abandonner », répond Christian Gillet, qui approuve le fait que les collectivités doivent mettre la main au porte-monnaie pour maintenir son activité, avec toutefois quelques réserves. « Nous nous donnons trois ans pour que le parc trouve sa vitesse de croisière à raison de 15 à 20% d’augmentation du chiffre d’affaires par an.  Nous sommes convaincus qu’il peut être rentable. On parle de ses côtés négatifs, mais pas des retombées économiques qu’il procure ».
 

Un recours contre le GIP
Un Groupement d’Intérêt Public (GIP) constitué du Département, de la Ville d’Angers et le Comité départemental du tourisme, pilote désormais le parc afin de suivre au plus près son fonctionnement et prendre les dispositions qui s’imposent en cas de dérive. Un recours en annulation de l’arrêté préfectoral d’approbation du GIP a été déposé auprès du tribunal administratif par la minorité au Conseil municipal d’Angers, appuyée par une association constituée d’anciens conseillers municipaux de la majorité précédente.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Yaya le 12/04/2015 13:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C''est du grand n''importe quoi cette minorité PS qui s''oppose à ce GIP on voit bien que le PS n''a toujours pas digérer leur défaite au municipal et qu''il n''ont pas non plu accepter le projet terra Botanica on est fier de ce parc

2.Posté par Anne le 13/04/2015 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-ce qu'on ne serait pas en train de nous faire passer des vessies pour des lanternes.
Allez les journalistes, s'il vous plait. J'aimais bien angers mag. Gardez vos gonades.

3.Posté par Yannick Sourisseau le 13/04/2015 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chère Anne,
Nous vous rassurons, nous avons encore nos gonades :)
Pour le reste si quelqu'un essaie de vous faire passer des vessies pour des lanternes ce sont les élus locaux, dont nous retransmettons leurs affirmations. Mais pour autant nous n'excluons pas d'évoquer les choses qui fâchent et notamment la tarification et le recours auprès du tribunal administratif. Ce n'est pas le cas de tout monde.
Merci de l'intérêt que vous portez à notre publication








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com