The GOASTT au Levitation France : « Notre musique est un voyage sonore »


Rédigé par - Angers, le Jeudi 18 Septembre 2014 à 16:45


Couple « à la ville », Sean Lennon et Charlotte Kemp Muhl forment à la scène The Goastt, un ovni musical aux accents psyché prononcés, qui se produira lors du Levitation France, au Chabada, ce samedi 20 septembre. Interview découverte.



Charlotte Kemp Muhl et Sean Lennon forment The Ghost of a Saber Tooth Tiger (GOASTT), le titre d’une pièce de théâtre que Charlotte a écrite à l’âge de 7 ans.
Charlotte Kemp Muhl et Sean Lennon forment The Ghost of a Saber Tooth Tiger (GOASTT), le titre d’une pièce de théâtre que Charlotte a écrite à l’âge de 7 ans.
la rédaction vous conseille
Faut-il parler d’une rencontre, d’une évidence, pour définir l’origine de The Goastt ?

"L’origine de ce projet, c’est la première chanson -« The World Was Made For Men »- qu’on a écrite ensemble, sur le sol de l’appartement de Charlotte à West Village, sur sa petite guitare bon marché."

Sean, du point de vue artistique, que vous apporte Charlotte ? Et inversement, Charlotte, que vous apporte Sean ?

Sean : "Charlotte me pousse dans mes retranchements, à m’exercer encore plus à la guitare, à écrire de meilleurs textes, à explorer des arrangements musicaux toujours plus ambitieux. Elle a grandi dans un environnement musical classique, aussi nous aimons tous les deux les mélodies étranges, la dissonance et je peux me fier à son goût. Elle m’a aussi encouragé à lancer mon propre label."

Charlotte : "Sean m’a tout appris sur la musique moderne, le rock, le funk, le jazz… Il a aussi eu confiance en moi pour jouer de la basse au sein du groupe, alors que je n’en avais jamais fait avant ! Il a de suite construit sa vie autour de notre collaboration : c’est tout le côté généreux et féminin qu’il porte en lui."

Vous revendiquez, dans les différentes interviews que vous donnez, une indépendance vis-à-vis de la musique « mainstream ». C’est une sorte de profession de foi ?

"Nous n’avons rien contre la musique mainstream, c’est juste que nous ne savons tout simplement pas comment l’être ! Nous sommes trop bizarres, timides et obsédés par des structures musicales complexes. La pop music des années 60 était très progressiste, celle qui est produite aujourd’hui est juste ennuyeuse et prévisible."

A l’écoute de Midnight Sun, on sent une volonté de construire l’album comme une sorte de voyage, et pas simplement comme une succession de titres. Est-ce ainsi que vous l’avez conçu ?

"Oui, nous voulions que notre album soit un voyage sonore pour l’auditeur, pas juste quelques morceaux isolés. On y trouve quelques moments enlevés, d’autres plus mélancoliques. Le format de l’album traditionnel est très important pour nous, même si beaucoup de jeunes gens n’ont jamais écouté un vinyl en entier."

"Le psychédélisme est une libération"

Jouer Midnight Sun en live nécessite-t-il de gros arrangements ?

"C’est un casse-tête pour construire les arrangements live de nos concerts, parce que la musique de Midnight Sun est quelque peu complexe. Mais avec les autres membres du groupe, nous sommes en mesure d’en jouer la plus grande partie en live, sans utiliser ni playback, ni ordinateur portable… ce que font nombre de groupes à l’heure actuelle."

Midnight Sun, c’est un univers original, mais aussi des influences très marquées. Quelles sont-elles ?

"Les son et lumière des Pink Floyd, les pochettes d’album d’Hipgnosis (collectif d’art design londonien NDLR), les dessins animés psyché des Beatles, le look d’Hendrix… bref, les sixties sont notre principale source d’inspiration, mais pas seulement. Nous sommes aussi sensibles aux sons de batterie des Beastie Boys ou aux arrangements cordes et vents de Stravinsky…"

Quoi d’autre vous inspire, vous révolte ?

"Les revues scientifiques, les peintres surréalistes, l’érotisme dans l’art, les OVNI, les films de Kubrick et les fringues victoriennes : ça, on aime. Ce que nous détestons ? Les OGM, Kenny G (saxophoniste américain de pop instrumentale NDLR). Et toute forme de gouvernement."

C’est quoi le psychédélisme en 2014 ?

"Une libération, au regard des dix dernières années de pensée conservatrice et de répression de l’intelligence et de la sexualité."

Charlotte, un album à ne pas manquer en ce moment ?

Charlotte : "Je suis fan de Tune –Yards, Tame Impale, St. Vincent and Cibo Matto, mais en dehors de ça, je n’écoute que de la musique de gens morts ! Aïe..."

Sean, même question ?

Sean : "En musique contemporaine ? Eh bien j’adore les Anglais de Fat White Family. Ils viennent juste de sortir un album génial qui rappelle The Velvet Undergound."





Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Olivier le 18/09/2014 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une interview de Sean Lennon par Angers Mag ? Quelle classe ce magazine tout de même !








Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com