Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 27 Novembre 2014



Touche pas à mon jour férié


Rédigé par - Le 08/07/2012 - 15:43 / modifié le 09/07/2012 - 21:42


La France compte 11 jours fériés légalement définis par le Code du travail. Ces jours fériés dont certains sont des fêtes religieuses d’origine chrétienne pénalisent les entreprises, notamment en mai, mois qui regroupe le plus grand nombre de jours fériés, mais aussi les employés d’autres confessions. Et si l’on changeait ces jours religieux en jours de congé ?



Les jours fériés d'origine religieuse vont-ils se transformer en banals jours de congés ? L'idée fait son chemin.
Les jours fériés d'origine religieuse vont-ils se transformer en banals jours de congés ? L'idée fait son chemin.
Terminés les jours fériés d’origine chrétienne, peut-être ? C’est tout au moins ce que suggère l’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines (ANDRH) qui envisage de proposer au Gouvernement et notamment à son ministre du travail, Michel SAPIN, de revoir cette notion de jours fériés. L’affaire, si elle est prise au sérieux, pourrait faire causer dans les chaumières.

Les Français, et notamment les salariés, aiment bien les jours de congé. Le mois de mai compte à lui seul quatre jours fériés. Le plus intéressant est le jeudi de l’Ascension, lequel permet de constituer une demi-semaine de congé, en y ajoutant un jour de congé légal. D’autres jours peuvent également constituer des ponts qui n’avantagent pas vraiment les entreprises, le nombre de jours de production s'en trouvant considérablement réduit.

Parmi ces 11 jours fériés de fêtes légales, la France compte cinq jours dits civils à l’exemple du 1er janvier (jour de l’an ), du 1er mai (fête du Travail), du 8 mai (Armistice de 1945), du 14 juillet (Fête nationale), et du 11 novembre (Armistice de 1918). S’ajoutent cinq jours dits religieux à l'exemple du lundi de Pâques, du jeudi de l’Ascension, de l'Assomption (15 août), de la Toussaint (1er novembre) et de Noël (25 décembre) auxquels s'ajoute une journée de solidarité : le lundi de Pentecôte. Ces jours non travaillés, mais payés, qu’ils soient civils ou religieux, sont légalement définis par l’article L3133-1 du Code du travail.

Ce sont justement ces jours et plus particulièrement le lundi de la Pentecôte, le jeudi de l’Ascension, et l’Assomption que l’association des Directeurs de Ressources Humaines, met en cause. Prônant l’égalité professionnelle et la diversité les DRH ne contestent pas le nombre de jours fériés en France, mais plutôt qu’ils ne concernent pas les employés d’autres confessions et plus particulièrement les Arabes et les Juifs, contraints de prendre des jours de congé pour célébrer leurs fêtes religieuses.

« Nous souhaitons favoriser la liberté de conscience et de conviction, tout en garantissant la neutralité de l’entreprise et la laïcité », explique Pascal Bernard, vice-président de l’ANDRH au journal Libération. Il ne s’agit pas de supprimer ces jours acquis pour la plupart, avant la Révolution, mais de les transformer en banals jours de congé permettant à chacun de les utiliser quand bon lui semble, après accord avec son entreprise.

Outre la question religieuse, cette proposition permettrait, d’après l’ANRDH, de mieux gérer les absences et d’éviter les départs massifs en week-end, en particulier au mois de mai. Bien sûr cette proposition ne peut se faire qu’après une large concertation, et notamment avec les partenaires sociaux et les structures religieuses. Si la plupart se réjouissent que l’ANDRH se soucie du respect des convictions religieuses de chacun, La Conférence des évêques de France qui ne se sent pas responsable du calendrier, explique qu’elle « reste attachée aux valeurs chrétiennes et ne souhaite faire aucune concession sur les jours fériés ».

Dans un pays dont l’Église chrétienne est séparée de l’État depuis le début du siècle dernier, la révision des jours fériés et notamment des jours religieux, auxquels il faudrait ajouter le lundi de Pâques et la Toussaint, serait opportune. Ces jours acquis permettraient, sans changer le nombre de jours non travaillés, de mieux prendre en compte les soucis des entreprises en matière de production et de satisfaire toutes les confessions religieuses.

Et vous, qu’en pensez-vous ?





Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Steph le 09/07/2012 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allons donc, voilà une bêtise comme j'en ai rarement entendu... Ils ont fumé la moquette, à l'ANDRH ?

D'abord, je ne vois pas pourquoi il faudrait supprimer spécifiquement les jours fériés d'origine chrétienne. C'est l'histoire de notre pays, et à ce compte là, il faudrait aussi supprimer tous les jours d'origine historique. Pourquoi l'ANDRH ne propose pas de supprimer le 8 mai ? Je ne suis pas sûr que le 8 mai parle beaucoup à un immigré malien ou algérien récent....

Ensuite, cette proposition...

2.Posté par Marcel le 09/07/2012 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Cette proposition ne concerne que trois jours fériés dont un est en partie passé en jour classique, puisqu'il s'agit d'un jour de solidirarité (lundi de la Pentecôte). Même si notre pays est d'origine chrétienne, les entreprises doivent être en dehors des problèmes religieux.

Pour ma part je pense que les jours chrétiens devraient être réservés aux seules personnes se reconnaissant dans la religion correspondante, pas aux laïques et à ceux qui dépendent d'autres religions.

Désormais d...

3.Posté par Jean-Michel le 30/07/2012 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Personne n'a le droit de supprimer des jours fériés, et il n'est pas question de travailler un jour férié. Ce serait un abus de pouvoir de changer cela. Nous travaillons déjà trop, et plus de la moitié de notre travail sert à renflouer les caisses de l’État... qui sont vidées par nos politiciens véreux...
C'est la preuve qu'on travaille trop.

4.Posté par Yannick Sourisseau le 30/07/2012 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Jean Michel
Il ne s'agit pas de supprimer les jours fériés car ils sont inscrits dans le code du travail, mais de transformer trois jours fériés en jours de congés normaux, permettant a chacun de les prendre quand il en a besoin. Le nombre de jours de congés payés légaux passerait alors à 33 jours ouvrables (au lieu de 30 actuellement)

L'idée n'est pas si saugrenue puisqu'elle permettrait aux personnes pratiquant des religions différentes ne pas amputer leurs jours de congés pour leurs fêtes ...

5.Posté par Jean-Michel le 01/08/2012 23:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les immigrés n'ont qu'à s'adapter aux mœurs du pays qui les accueille, ce n'est pas à nous à changer nos lois pour qu'ils viennent tous en masse... vous savez bien qu'on a déjà un très fort taux de chômage en France....







Angers Mag



















Instagram


cookieassistant.com