Tourisme, un début de saison difficile pour l'Anjou


Rédigé par - Angers, le 02/08/2013 - 08:00 / modifié le 06/08/2013 - 08:41


L'activité touristique en Anjou a été plus faible ce mois de juillet qu'en 2012. Selon les responsables du comité départemental du tourisme, l'hôtellerie-restauration a été la première à souffrir des conséquences de la météo et (surtout) de la crise. Heureusement, certains sites ne s'en sortent pas si mal et la saison n'est pas terminée.



Avec une fréquentation en hausse de + 13% depuis le début de l'année, le château d'Angers fait partie de ceux qui s'en sortent bien.
Avec une fréquentation en hausse de + 13% depuis le début de l'année, le château d'Angers fait partie de ceux qui s'en sortent bien.
la rédaction vous conseille
Juillet 2013, c'est déjà fini ! A mi-parcours de la saison estivale, pas question de dresser avant l'heure un bilan de l'activité touristique en Anjou - la première note de conjoncture en Pays-de-la-Loire sera publiée septembre - mais au moins, est-il possible de prendre la température des acteurs du tourisme et de dégager des tendances. Lesquelles, sans surprise, ne sont pas vraiment réjouissantes.

Directeur du comité départemental du tourisme de Maine-et-Loire, Laurent Boron ne cherche d'ailleurs pas à se cacher derrière son petit doigt : "On sera en diminution d'activité par rapport à 2012 et donc, évidemment encore plus par rapport à 2011." Plus que la météo pourrie du printemps qui a compliqué l'avant-saison, c'est bien évidemment la conjoncture économique qui, selon lui, "pénalise l'activité touristique".

Principales "victimes" de cette mauvaise conjoncture, les professionnels de l'hôtellerie-restauration. Et de l'hôtellerie de plein air en particulier. "On a très peu travaillé en juillet et juin avait été catastrophique" reconnaît David Thibos, le nouveau gérant du camping des Ponts-de-Cé. "Ça été plus calme qu'en 2012. Ce ne sera pas une super année" explique-t-on aussi au camping Les Varennes à Murs-Erigné. Au camping Les Plages à Rochefort-sur-Loire, on est content de voir arriver le mois d'août : "On est plein à partir de ce week-end. Mais juillet a été très calme surtout côté locations."

"On sent bien que les touristes hésitent plus à consommer qu'avant. Ils s'y prennent parfois au dernier moment, en fonction de la météo mais aussi de l'envie du moment et il faut s"adapter au cas par cas pour satisfaire le client" analyse Laurent Boron. Ce dernier veut aussi voir le positif : la Loire à Vélo, même si ses parcours semblent drainer un peu moins de cyclotouristes que l'an passé, enregistre encore de bons résultats, l'oenotourisme et les troglodytes aussi.

Le Château d'Angers sourit, Terra Botanica grimace

Et puis, il y a tous ceux qui, notamment parmi les sites touristiques, résistent. Le château d'Angers a connu 13% d'augmentation de fréquentation depuis janvier. Un résultat qui s'explique, paradoxalement et en partie, par la météo, le mauvais temps profitant généralement au monument.

Sans doute peut-on aussi penser que les angevins qui ne partent pas en vacances se rattrapent localement. "Les ateliers d'animations pour enfants marchent très bien. Nous avons également fait des efforts de communication" avance de son côté Catherine Leroy, chargée des publics et du développement du château.

Le Bioparc de Doué-la-Fontaine enregistre lui-aussi des entrées en progression
Le Bioparc de Doué-la-Fontaine enregistre lui-aussi des entrées en progression
Autre bénéficiaire, le Bioparc de Doué-la-Fontaine (+6,35% en juillet et + 8% depuis le début de l'année). "On a terminé très fort juillet avec une pointe à plus de 3 000 visiteurs mercredi" rapporte Michel Bondu, responsable marketing et communication. L'ouverture du sanctuaire des okapis, marquée par une bonne couverture médiatique n'y est pas étrangère, estiment les responsables du zoo.

C'est plus dur pour les musées d'Angers. Après un moins de juin correct (+3% pour l'ensemble des sites), ils ont connu une baisse de fréquentation significative en juillet (-9% pour les Beaux-Arts et la Galerie David d'Angers, - 20% pour Jean Lurçat et le musée-château de Villevêque).

Enfin, si ses responsables restent discrets et prudents sur les chiffres, on sait que la saison est très compliquée aussi pour Terra Botanica. "Il n'y a pas de miracle. On est en baisse pour les groupes et très légèrement pour les individuels" avoue Romain Chavignon, directeur administratif. Comme beaucoup d'autres, il espère qu'août et septembre compenseront ce difficile début de saison.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par barreau le 02/08/2013 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Terra Botanica. "Il n'y a pas de miracle. On est en baisse pour les groupes et très légèrement pour les individuels"

La météo et la crise ne font pas tout.
Faudrait surtout que les responsables de ce parc se décident à prospecter au delà des régions Pays de la Loire et Bretagne.
Nous avons la chance d'avoir à proximité, Le Puy du Fou et le Futuroscope et leurs millions de visiteurs, et nous sommes incapables d'exploiter 5 % de la manne touristique que représentent ces deux parcs.
Aucun hébergemen...

2.Posté par Erwan le 25/08/2013 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonne nouvelle pour le zoo de Doué car je trouve qu'ils font du bon boulot















Angers Mag