Tramway, une ligne B de 10 km... au mieux


Rédigé par - Angers, le 14/10/2014 - 07:47 / modifié le 26/10/2014 - 10:58


A la faveur d'un vote sur la poursuite de la concertation autour de la deuxième ligne de tramway, les élus d'Angers Loire Métropole ont découvert lundi soir son nouveau tracé à l'étude : 10 km entre Belle-Beille et Monplaisir, sans surprise par rapport au projet électoral de Christophe Béchu. Si ce n'est un petit tronçon en centre-ville qui pourrait se révéler bien utile, en période de vaches maigres.



Tramway, une ligne B de 10 km... au mieux
la rédaction vous conseille
Les Angevins verront-ils une nouvelle ligne de tramway se réaliser au cours des six ans à venir ? Plus que la (très) brève présentation du nouveau tracé de la ligne B actuellement à l'étude, c'est finalement la question qui a plané au-dessus des débats du conseil communautaire de l'agglomération d'Angers lundi soir. Il faut dire qu'en sortant dès vendredi de nouvelles "surprises" des placards de l'agglo pour étayer la présentation de son premier budget supplémentaire, Christophe Béchu, le président d'Angers Loire Métropole, n'a surtout rien fait pour l'évacuer. Avant de dépenser, semble-t-il répéter au fil des séances à la Ville comme à l'Agglo, il convient de savoir d'abord avec quel argent.

Et en l'espèce, pas avec celui des dettes. Sous-entendu, héritées de ses prédécesseurs... Les principales dépenses supplémentaires ajoutées lundi au budget de l'agglo (et votées à l'unanimité) ? 8,5 millions d'euros d'avances pour compenser les déficits d'exploitation de la ZAC du Plateau de la Mayenne (6M€) et de la zone d'activités d'Angers Marcé (2,5M€). D'un côté, des logements qui ne se vendent pas, augmentant les frais financiers de l'aménageur (la Sodemel). De l'autre, des terrains qui ne séduisent pas les entreprises. Dans les deux cas, la collectivité qui joue les pompiers de ses propres prises de risques. Pour compenser ces dépenses, l'agglo a choisi de rogner sur les réserves foncières qui avaient été programmées pour le premier projet Rives Nouvelles (-5,6M€) et sur ses aides à la pierre (-2,3M€). D'autres efforts ou reports de dépenses ont été consentis sur les constructions scolaires, le centre d'économie sociale et solidaire de la Roseraie ou encore sur l'acquisition de matériels sur le budget déchets.

Ajoutez-y 800 000€ au titre des taxes foncières 2013 et 2014 liées au site Technicolor "à aucun moment intégrées aux frais d'entretien du site", 600 000€ pour couvrir les charges financières liées à la structure de la dette de la collectivité - en clair, ses emprunts à taux non maitrisé (voir aussi plus bas)-, la promesse d'une facture autrement plus salée pour les dysfonctionnements de Biopôle (qui feront l'objet vendredi prochain d'un conseil à huis clos), celle d'un rapport incertain de la Chambre régionale des comptes et la garantie manifeste de dotations de l'État en baisse... Et on comprendra qu'avant de s'engager dans un projet à 200 à 250 millions d'euros pour la ligne B du tramway d'Angers, il conviendra d'y regarder à deux fois.

Un tracé et encore des incertitudes

C'est bien d'ailleurs ce qu'à essayé de faire comprendre à plusieurs reprises le président d'Angers Loire Métropole lundi, renvoyant chaque conseiller "au printemps prochain" pour décider de réaliser ou pas la dite deuxième ligne. Mais les invitant, en attendant, à renouveler l'attention de l'Etat sur un projet lifté mais encore non entièrement arrêté, pour lequel il espère plus de 25 millions d'euros d'aide.

Le travé de la ligne B (en jaune) relie Belle-Beille à Monplaisir, mais comporte plusieurs incertitudes (en pointillés). En orange, le barreau qui pourrait être réalisé pour prolonger les rails du boulevard Foch jusqu'au Centre des Congrès.
Le travé de la ligne B (en jaune) relie Belle-Beille à Monplaisir, mais comporte plusieurs incertitudes (en pointillés). En orange, le barreau qui pourrait être réalisé pour prolonger les rails du boulevard Foch jusqu'au Centre des Congrès.
Ramené à 10 kilomètres (contre 15 km dans sa mouture initiale), ce nouveau tracé relie donc Belle-Beille à Monplaisir, en passant par un nouveau pont, construit près du Pont de Verdun dans la partie la plus étroite de la Maine, puis en se connectant à la ligne 1 au niveau de la place Molière avant de remonter les boulevards Ayrault et Carnot vers Monplaisir. Dans le plan dévoilé lundi, demeurent plusieurs incertitudes : le terminus de Belle-Beille, le passage du Front de Maine (devant où derrière ?), le choix de l'avenue Montaigne ou de l'avenue Pasteur pour rejoindre le nord-est.

Surtout, il intègre la possibilité de réaliser un barreau de connexion de cette ligne B avec la ligne actuelle depuis le haut de la rue d'Alsace (la station Maison Bleue) et le Centre des Congrès. Une variante qui ouvre le champ des possibles comme celui... d'une simple demi-ligne entre Monplaisir et le centre-ville. Pas nécessairement anodin en période de restrictions budgétaires. Denis Chimier (Ecouflant) puis Didier Roisné (Beaucouzé) ont plaidé tour à tour pour que ne soient pas oubliées les dessertes de leurs territoires respectifs. André Marchand (Briollay) a regretté le manque de concertation avec les élus. Mais c'est Luc Belot (minorité Angers) qui s'est fait le plus critique en voyant dans l'oubli de la gare une grave erreur et en réclamant, en vain, des éclairages sur le phasage du projet.

Pas le moment pour refaire le match des tracés, lui a répondu Christophe Béchu, estimant que le résultat de l'élection municipale d'Angers valait réponse en la matière : "Oui ou non, demandons-nous des subventions à l'Etat ?". Huit élus, issus de la minorité municipale angevine, se sont abstenus au moment du vote dont la tenue a bulletin secret (réclamée par les écologistes) a été rejetée.

Les autres dossiers

Emprunts : "Je n'utilise pas le mot toxique"
La nature des emprunts à risque contractés ces dernières par l'agglomération d'Angers a alimenté le premier débat lundi soir. Avec d'un côté, tel Marc Laffineur, le vice-président en charge des finances, ceux qui ne se sont pas gênés, même poliment, pour dire que la majeure partie d'entre eux avait été signée entre 2007 et 2009 alors même que les risques liés à la crise des subprimes étaient connus. Et de l'autre, ceux qui ont expliqué que ces emprunts dits "structurés" - "je n'utilise pas le mot toxique", a précisé Christophe Béchu - n'étaient "pas condamnables" en soi (Anthony Taillefait) et que les organismes prêteurs étaient tout sauf exempts de reproches (Marc Goua). Reste à savoir si le rapport de la Chambre régionale des comptes, attendu pour la fin de l'année, permettra de savoir qui a raison...

Bourse entreprendre
Soutenir les porteurs de projets d'entreprise d'au moins deux salariés, en finançant la moitié du coût des prestations de conseil dont ils ont besoin, et en favorisant leur hébergement temporaire, gratuit, par une autre société. C'est le principe des Bourses entreprendre dont l'expérimentation a été adoptée par l'agglo. Celle-ci va solliciter des clubs d'entreprises et des prestataires pour offrir l'autre moitié du coût du conseil aux lauréats.

"Solidarité communautaire" ?
Jacques Chambrier, le maire de Savennières, a remis sur le tapis le débat autour du système de péréquation financière de l'agglo, inéquitable selon lui et défavorable notamment aux dernières communes arrivées. Sa complexité semble ne pas être contestée, mais quelle alternative ? Selon Marc Laffineur, des simulations sur d'autres scénarios n'avaient rien montré de probant. Christophe Béchu s'est montré favorable à tout mettre sur la table à l'occasion de la transformation de l'agglo en communauté urbaine d'ici à 2016.

Terra Botanica : "Une connerie" (Marc Goua)
"Dissimulation et pas que sur le nombre d'entrées", "faute de gestion"... Demandant à y voir plus clair sur les discussions menées par le Conseil général, la ville et d'agglo d'Angers pour faire face aux difficultés de Terra Botanica, Grégory Blanc (Trélazé) a attaqué fort, rejoint par Fatimata Amy et Anthony Taillefait. Christophe Béchu a reconnu qu'une réflexion - "sans engagement" - était en cours autour de la création d'un Groupement d'Intérêt Public, indiquant à ses opposants que les montants en jeu dans le dossier Biopôle étaient "sans commune mesure" et qu'ils pourraient rapidement être "rendus comptables" de la situation. Un bras de fer auquel a peu goûté Marc Goua, le député-maire de Trélazé, qui a piqué une grosse colère pour dénoncer, "la connerie" qu'a été selon lui la réalisation du parc, et le risque que font peser ses conséquences sur la montée du populisme.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par FERNAND NAUDIN le 14/10/2014 08:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BIOPOLE : ca pue tellement qu 'ils sont obligé d ' en discuter a huis clos !

2.Posté par Lesage le 15/10/2014 23:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Angevins réveillez-vous!
Est-il possible que vous soyez à ce point devenus aveugles pour ne pas percevoir que le tramway est une formule de transport absolument inadaptée à votre ville!
Je sais, vous êtes nourris jusqu'à l'indigestion par une médiatisation forcenée qui vous présente le tramway comme un grand bonheur, unique solution heureuse aux problèmes de transport de notre ville, mais avez-vous perdu toute jugeote pour avaler cet énorme poisson sans même en sentir les écailles?
Seriez-vous à...

3.Posté par chris le 17/10/2014 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
monsieur lesage en faisant plus court on a bien compris que vous étiez vraiment contre le tramway mdr

4.Posté par Lesage le 17/10/2014 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Chris, c'est vrai l'article était un peu long, sujet oblige.
Je crains que cette longueur vous ai fait échapper l'essentiel de mon discours.
Je ne suis pas contre le tramway, je suis contre le tramway à Angers.
Pour faire court, je considère qu'investir 350 M€, en ravageant la cité, en créant de multiples nuisances,
ceci pour remplacer une ligne de bus par un tram, un peu plus confortable mais plus lent,
c'est une folie que nous regretterons pendant 30 ans.
Une première erreur cela pose pr...















Angers Mag











Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30
Angers Mag : Willy Bernard : démêler le sac de nœud judiciaire: Condamné à deux ans de prison ferme... https://t.co/Ffz3evuZP2 https://t.co/w99MlfjbY9
Mercredi 30 Novembre - 13:02



cookieassistant.com