Traver’Cé musicales : la frénésie communicative des Tambours du Bronx


Rédigé par - Angers, le Lundi 8 Juillet 2013 à 17:58


C’était l’une des affiches du week-end musical des Ponts-de-Cé,. Les Tambours du Bronx n’ont pas failli à leur réputation, tapant comme des forcenés sur leurs bidons, malgré la chaleur, ils ont exalté le millier de spectateurs massé dans les douves du château.



Les tambours du Bronx, dimanche soir, dans les douves du château des Ponts de Cé
Les tambours du Bronx, dimanche soir, dans les douves du château des Ponts de Cé
la rédaction vous conseille
Voir des fous furieux, torse poil, taper sur des bidons métalliques n’a rien de phénoménal au demeurant, mais quand il s’agit des Tambours du Bronx c’est tout autre chose. Tout suite l’ambiance prend une autre dimension et en cette fin d’après-midi ensoleillé, le public ne s’y est pas trompé.

25 ans que cette horde quasi sauvage tape sur des bidons, des « Monocorps » de 255 litres avec des mailloches en bois de hêtre, pour produire une musique spécifique, inspirée des « Steel Band » des Caraïbes, résultant d’un savant mélange d’afrobeat, de rock, de techno et de world music, inimitable.

Sur le plan purement statistique, les 18 musiciens sur scène, véritables galériens de la musique, utilisent un bidon pour deux concerts, à raison d’une face par concert et un jeu de trois à quatre paires de mailloche. Les fameux bidons arrivent par palettes chaque semaine, ces derniers étant préalablement préparés en fonction de l’effet musical souhaité.

Les Tambours du Bronx sont connus dans le monde entier, et plusieurs générations de percussionnistes se sont succèdées derrière les bidons enrichissant à chaque fois le groupe. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce groupe ne vient pas des USA. Il a été créé en 1987 dans une petite ville de la banlieue de Nevers (France), à Varennes-Vauzelles, dans un quartier habité par des cheminots et surnommé « le Bronx ».

Révélés en 1989 par Jean-Paul Goude, lors du bicentenaire de la Révolution, Les Tambours du Bronx ont déplacé leurs bidons et leur rage de frapper, aux États-Unis, Brésil, Émirats Arabes, Maroc, Tunisie, Grèce, la Réunion, République de Djibouti, Égypte, Norvège, Slovénie, Portugal et dans toute l'Europe occidentale et ce dimanche soir aux Ponts-de-Cé, petite ville du sud d’Angers.

Installé dans les douves du château, mais aussi sur la rue qui surplombe le lieu, plusieurs milliers de personnes ont vivré au son magique de cet ensemble qui ne laisse pas indifférent.

« Les Tambours du Bronx donnent un sens à l'expression « art vivant » : l'énergie, le flux, la vie même émane du jeu de cette bande à 17 têtes qui, loin de laisser de marbre, fascine et submerge », peut-on lire sur leur site web.

Hier soir, au cours de ce concert gratuit, les Pontdecéais, mais aussi les Angevins venus en voisins en ont pris plein les oreilles mais aussi les yeux, criant et applaudissant au rythme de ces sons bien particuliers qui hypnotisent et électrisent.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag