Un Printemps des Orgues incandescent


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Lundi 26 Septembre 2016 à 07:30


Des concerts bien sûr, mais aussi de la danse, des résidences, des astres et un fort parfum de Méditerranée. La nouvelle saison pensée par l’association pour la Connaissance, la Sauvegarde et la Promotion des Orgues (CSPO) et son énergique et téméraire président Bruno Maurel s'annonce réjouissante. Présentation.



Plébiscitée lors de ses derniers passages à Angers, la compagnie Antonio Gades revient pour le Printemps des Orgues le 13 janvier et donnera aussi Carment à Cholet le lendemain.
Plébiscitée lors de ses derniers passages à Angers, la compagnie Antonio Gades revient pour le Printemps des Orgues le 13 janvier et donnera aussi Carment à Cholet le lendemain.
la rédaction vous conseille
La 25e édition du festival au long cours Le Printemps des Orgues s’est officiellement ouverte, comme chaque année, lors des Journées européennes du patrimoine. C’était les 17 et 18 septembre et la cathédrale accueillait Thomas Kientz, lauréat 2016 du Grand Prix international d’orgue Jean-Louis Florentz – Académie des Beaux-Arts. Et pour ceux qui auraient manqué sa venue, une seconde chance leur est offerte, le 21 juin, avec la traditionnelle Nuit de l’orgue : le jeune prodige sera accompagné du lauréat 2017, dont le nom sera connu à l’issue d’un nouveau Grand Prix d’Orgue dont la demi-finale est prévue le 13 mai en l’église de Beaufort-en-Vallée et le 14 mai en la cathédrale d’Angers. L’organiste et directeur du conservatoire de Toulouse Jean Dekyndt sera le président du jury. Pour le vainqueur, des sous, des engagements et une remise de prix sous la Coupole de l’Institut de France à Paris.

Déjà invitée par Le Printemps des Orgues et plébiscitée par le public, la Compagnie Antonio Gadès revient en Anjou. A Angers, le 13 janvier, elle donnera Fuego, ballet flamenco inspiré de L’Amour sorcier de Manuel de Falla. Tout est dit dans le titre et rien n’est dit, car il faut voir tous ces danseurs brûler la scène. En première partie, le chœur d’Angers Nantes Opéra et l’organiste Michel Bourcier, qui œuvrera sur orgue numérique, interpréteront des extraits d’opéra, et notamment de l’incontournable Carmen de Bizet. Le 14 janvier, ce sont les spectateurs du théâtre Saint-Louis de Cholet qui auront le bonheur de voir Carmen, celle d’Antonio Gadès, immortalisée par le film de Carlos Saura. Le chœur d’ANO et Michel Bourcier seront aussi de cette torride fiesta.

Le Neapolis Ensemble se produira à Angers et Segré dans le cadre d'un travail de résidence avec l'organiste Francesco Cera.
Le Neapolis Ensemble se produira à Angers et Segré dans le cadre d'un travail de résidence avec l'organiste Francesco Cera.
Francesco Cera et le Neapolis Ensemble en résidence
On ne quitte pas le sud mais l’on migre vers l’Italie et sa sulfureuse Naples. Dans le cadre du Labo, groupe de coopération culturelle initié par le Département qui vise à soutenir des projets de création, diffusion et transmission sous un mode collaboratif, l’organiste Francesco Cera et le Neapolis Ensemble sont au cœur de la première résidence Printemps des Orgues de la saison. Première escale en deux temps, le 25 avril, avec une première partie en la cathédrale et une seconde en la collégiale (en partenariat avec les Résonances Saint-Martin) : au menu, villanelles et tarentelles pour un voyage rythmé par la musique italienne des XVIe et XVIIe siècles.

A noter que si le Neapolis Ensemble est déjà venu à Beaufort-en-Vallée, il n’est jamais passé par la cité du roi René. Deuxième escale le 28 avril, au Cargo de Segré, où Francesco Cera et le Neapolis Ensemble présenteront les fruits de leur travail avec les élèves de l’école de musique l’Anjou Bleu ; enfin, troisième et dernière escale le 29 avril, à Baugé, où ce seront les jeunes musiciens de l’école de Baugé-en-Anjou de s’exprimer.

Pour en finir (très joliment) avec le sud et avec cette 25e saison, direction la cathédrale et le Grand Théâtre pour une clôture de prestige en compagnie de l’ensemble vocal et instrumental L’Arpeggiata emmené par sa fondatrice Christina Pluhar, joueuse de théorbe. Le programme Audi Coelum avec les voix de la soprano Nuria Rial et celle de Vincenzo Capezzuto ouvrira le bal baroque ; le programme Mediterraneo, toujours avec nos deux chanteurs, contera les traditions catalanes, espagnoles et italiennes. Embarquement le 29 juin.
 
Jean-Philippe Le Trévou et... le spationaute Jean-Loup Chrétien
Le violiste new-yorkais Jay Berneld, directeur musical de l’Ensemble Fuoco E Cenere et précieux pédagogue, est quant à lui au centre de la deuxième résidence. Une résidence fruit d’un partenariat entre autres entre le Conservatoire à rayonnement régional d’Angers, le Conservatoire à rayonnement départemental de Cholet et le Chœur des Mauges, qui tournera autour de The Fairy Queen de Purcell, semi-opéra joyeux. Rendez-vous le 31 mai à Cholet et le 1er juin à Angers.

Habitué du Printemps des Orgues, Jean-Philippe Le Trévou sera de retour à la fin du printemps pour un récital en compagnie du spationaute Jean-Loup Chrétien.
Habitué du Printemps des Orgues, Jean-Philippe Le Trévou sera de retour à la fin du printemps pour un récital en compagnie du spationaute Jean-Loup Chrétien.
Rêves d’étoiles est le beau nom du spectacle imaginé par l’organiste Jean-Philippe Le Trévou, bien connu des Angevins pour des ciné-concerts, et l’organiste et spationaute Jean-Loup Chrétien, célèbre pour avoir été le premier Européen à avoir effectué une sortie extra-véhiculaire dans l’espace. Les deux hommes donneront un récital-conférence avec des images que le spationaute, constructeur d’orgue à ses heures (instrument qu’il avait emmené dans la navette), a lui-même réalisées dans l’espace. Décollage le 16 juin.

Le Printemps des Orgues ne manquera pas de remercier tous les mécènes qui ont participé au financement de l’orgue hybride. Rappelons que l’instrument, composé de 1 500 tuyaux traditionnels et d’une console numérique mobile, devrait se montrer dans le nouveau Centre de congrès d’Angers et pourrait voyager dans tout le département. Son prix s’élève à 390 000 € et les sommes engagées se répartissent ainsi : 70 000 € pour l’État ; 70 000 pour la Région ; 23 000 pour le Département ; un peu moins de 100 000 € pour la ville d’Angers et 128 000 € par des dons privés. A ce jour, la CSPO a récolté 62 000 €.

Programme et infos détaillés sur www.printempsdesorgues.fr.












Angers Mag












Angers Mag : Les Archives redonnent vie au « Temps des Seigneurs »: Les Archives départementales... https://t.co/Z3J4HkRUMy https://t.co/pplyNKZENv
Lundi 16 Janvier - 07:52
Angers Mag : Salon : le Sival bien enraciné à Angers: Alors que d’autres sont en difficulté, le Salon... https://t.co/polQ44JjIe https://t.co/XMplIlQfNT
Lundi 16 Janvier - 07:32
Angers Mag : Angers SCO : le dos rond: Face à une équipe des Girondins de Bordeaux, comme elle, au... https://t.co/Om4sakVLQN https://t.co/2SQZlvw9n9
Dimanche 15 Janvier - 11:18
Angers Mag : Vague à l’âme dans le port de Mandvi: Au pied des énormes boutres du port de Mandvi,... https://t.co/e2j389bKiU https://t.co/FSOC3kKYp8
Samedi 14 Janvier - 08:46







cookieassistant.com