Une association sans président, les acteurs du numérique angevin innovent


Rédigé par - Le 26/07/2012 - 14:44 / modifié le 14/03/2013 - 18:01


Voici une initiative qui va faire dresser les cheveux sur la tête des agents de la Préfecture et des services de police. Eux qui aiment bien avoir « un chef » en cas de problème, ils ne vont pas aimer. L’association Maine Labs, que les acteurs du numérique angevin connaissent bien, va proposer à ses adhérents d’opter pour un fonctionnement collégial et de se passer de président.



Une conférence organisée par l'association Maine Labs, à la maison des projets d'Angers
Une conférence organisée par l'association Maine Labs, à la maison des projets d'Angers
Une association sans président, une entorse à la législation française ? Pas vraiment, l’association Maine Labs, dont l’objectif est de soutenir, promouvoir et faciliter le développement de l’activité numérique à Angers et en Maine et Loire, propose d’appliquer stricto sensu la loi du 1er juillet 1901, texte fondateur du mouvement associatif en France. C’est tout au moins ce qu’elle propose à ses adhérents dans la convocation à la première Assemblée générale annuelle prévue le 5 septembre prochain.

Que dit la loi du 1er juillet, relative au contrat d’association dans son article 5 : « Toute association qui voudra obtenir la capacité juridique prévue par l'article 6 devra être rendue publique par les soins de ses fondateurs. La déclaration préalable en sera faite à la préfecture du département ou à la sous-préfecture de l'arrondissement où l'association aura son siège social. Elle fera connaître le titre et l'objet de l'association, le siège de ses établissements et les noms, professions et domiciles et nationalités de ceux qui, à un titre quelconque, sont chargés de son administration … ».

Dans ce texte, toujours d’actualité, il n’est nullement question de président, secrétaire et encore moins de trésorier, mais de « personnes chargées, à un titre quelconque, de son administration ». Les gestionnaires d’une association ont donc toute latitude pour trouver les dénominations qui leur conviennent.

Et pourtant, les statuts qui règlent la situation d’une association avec notamment les droits et obligations des associés, c'est-à-dire de tous les membres, font souvent état de dénominations classiques, avec notamment un président chargé de diriger l’association.

« Un président c’est pour ceux qui ont une certaine notion du pouvoir. Ça permet souvent de flatter leur égo. A cela s’ajoute le fait que les institutions, et notamment la préfecture et la police, aiment bien avoir un chef à poursuivre en cas de problème et quelques cases à cocher », commente le secrétaire de l’association Maine Labs.

La loi n’impose donc pas qu’il y ait un président, un secrétaire et un trésorier. Il s’agit d’une coutume, une adaptation, encouragée par des statuts types, jusque dans les ouvrages sur la création d’association et qui arrangent certainement les fonctionnaires et la police.

« Mais l’association est là pour ses membres, pas pour les fonctionnaires chargés d’enregistrer la déclaration de l’association. Les statuts dans lesquels on peut mettre ce que l’on veut doivent, sur le plan juridique, correspondre à l’esprit et aux objectifs de la structure », poursuit le secrétaire.

Toutefois, ne perdons pas de vue que ce sont ces statuts, véritable contrat passé entre « les associés », c'est-à-dire tous les membres, qui feront foi lors d’éventuelles poursuites judiciaires. Il est donc important de bien les rédiger.


Une structure citoyenne et évolutive

Le choix d’une structure-type hiérarchisée pèse sur la qualité du fonctionnement de l’association explique la revue du réseau d’éco-acteurs Passerelle Eco

En effet, le président porte à lui seul la responsabilité de l’association et risque de trop vouloir contrôler l’activité par peur des risques. Quant aux membres, ils ont tendance à se reposer sur le bureau pour devenir consommateurs des services proposés au lieu d’être des associés.

Et, on le constate tous les jours dans les associations, les élections se résument souvent à un enjeu de pouvoir, lequel prend le pas sur les questions de fond.

Transformer Maine Labs, en association collégiale en visant un comportement citoyen, responsable et égalitaire, de ses membres, c’est ce que proposent ses membres fondateurs à la soixantaine d’associés que compte l’association.

D’un simple bureau constitué lors de sa création, l’an dernier, l’association propose de passer à un conseil d’administration de 15 membres, dans lequel chacun aura des fonctions précises et adaptées aux enjeux : chargé de l’administration, de la communication, des relations publiques, des événements, de la gestion des projets, etc., c'est-à-dire des responsables de commissions dans lesquelles chacun pourra s’inscrire en fonction de ses affinités ou compétences. Ces dénominations qui ne seront pas statutaires, mais informelles, seront modifiables à tout moment, en fonction des besoins et de l’évolution de la structure.

Deux membres seront élus au sein de ce Conseil, pour gérer l’association au quotidien. Ils auront délégation pour signer les actes qui engagent l’association. « Il ne s’agit pas que tout le monde signe les chèques, ou soit autorisé à retirer de l’argent. Les décisions seront collectives et à charge de ces deux délégués de les faire appliquer auprès des institutions », conclut le secrétaire de Maine Labs. Les statuts seront donc revus en conséquence.

Et pour ceux que ce mode fonctionnement intéresse : un exemple de statuts pour association collégiale




Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

7.Posté par Bernard le 28/07/2012 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'objet de ma citation était d'évoquer le fait qu'un seul décideur final légitime (c'est à dire nommé ou élu) est parfois plus efficace dans ses décisions qu'un collège composé de plusieurs membres.
Cela permet en particulier de prendre parfois des décisions qui ne recueillent pas la majorité mais peuvent s'avérer être les bonnes à l'usage.

6.Posté par Yannick Sourisseau le 28/07/2012 12:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@bernard,
Reprenons les choses dans l'ordre, pour éviter le dialogue de sourd dans lequel nous entrons.
Ok parlons de décisions, sans parler de l'Assemblée nationale, c'est un autre débat, justement.
Vous me parliez de la difficulté de prendre des décisions à 15, je ne fais par d'erreurs ?
Pour ce qui concerne cette association, chaque décision sera mise au débat et ensuite il suffira de procéder à un vote, une association avec ou sans président étant une structure démocratique.
Mais qui tranche...

5.Posté par Bernard le 28/07/2012 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Relisez ma citation (je ne l'ai pas inventée..) elle parle de décisions, pas de débats....
A l'assemblée il n'y a pas de débats, surtout quand c'est en direct à la télé... c'est un cirque audiovisuel !
Pour ce qui est des méfaits du copier coller j'ai déjà du en parler à propos d'un autre sujet.

4.Posté par Yannick Sourisseau le 28/07/2012 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Bernard

La comparaison ne tient pas dans le mode de fonctionnement, mais dans la difficulté a débattre d'un sujet lorsque les intervenants sont nombreux, en réponse à votre premier commentaire.

Par contre je ne vois pas bien ce que vient faire l'appel de candidature lancée par le CSA le 27 juillet dans ce commentaire.

Soit, puisque vous en parlez je vous réponds. Je vous rassure, nous étions au courant, puisque nous sommes impliqués dans ce projet. Notre travail consiste, plutôt que d'être le...

3.Posté par Bernard le 28/07/2012 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je vois pas bien la comparaison...
L'assemblée (actuelle) c'est un bloc majoritaire qui va voter tout ce qu'on lui demande.
Par ailleurs un concurrent local vous a grillé sur l'annonce de l'appel à candidatures CSA pour la "Télé d'Angers" .... La pleinière du CSA était le 24 juillet !

1 2

On en cause ... | Actualité | Société | Politique | Culture | Economie | Sports - Loisirs | Numérique | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Météo Angers | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag






Document sans nom


















Instagram