Une nuit dans le lit du roi René


Rédigé par Marie-Dominique GUIHARD - Angers, le 02/02/2013 - 19:53 / modifié le 03/02/2013 - 12:08


Manger médiéval et dormir dans un lit à baldaquin, ça vous dit ? Aux Ponts-de-Cé, Isabelle et Raphaël Vincent ont aménagé des chambres d'hôtes dans le manoir du Rivet. L'un de ceux qu'affectionnait tant le roi René. Récit.



Une nuit dans le lit du roi René
Parmi la quarantaine de chambres d‘hôtes de l’agglomération d’Angers, celles du domaine du Rivet revêt une originalité particulière. Ouvert depuis deux ans aux Ponts-de-Cé par Isabelle et Raphaël Vincent, cet hébergement s’inscrit dans un lieu magnifique du XVe siècle où vécut le roi René. Acheté en 1990, le manoir servit d’abord de pied à terre pour leur entreprise de conseil en gestion du patrimoine. Seul le rez-de-chaussée était alors habité.

« Nous sommes passionnés d’histoire, admet Raphaël. L’achat du manoir a d’ailleurs été un vrai coup de cœur. Je le connais depuis l’enfance. étudiant, je l’admirais déjà quand je passais sur l’Avenue Gallieni, un chemin de terre à l’époque, pour aller travailler chez l’horticulteur Gaignard. »

A la commémoration des 600 ans du Roi d’Anjou en 2009, le Conseil général et l’association des vieilles maisons de France viennent admirer les cheminées authentiques de cette demeure de 600 m2 et la chapelle attenante classée aux monuments historiques depuis 1964. Dans cette ambiance festive, Isabelle s’enthousiasme et s’enrichit des conférences données par les historiennes angevines Christine Leduc-Gueye sur le Roi René et Marie-Odile Saulnier sur ses femmes dont Yolande d’Aragon, la mère du roi René, qui a été à l’origine de l’arrêt de la Guerre de cent ans.

« Notre maison nous a poussé à connaître l’Histoire. Nos deux enfants aussi se sont pris au jeu. » Et d’ajouter : « On ne peut pas vivre ici sans partager le vécu de ce lieu historique toujours imprégné de la présence du Roi René. Les archives révèlent par exemple qu’il est intervenu directement dans la conception des cheminées. » Après les festivités, un déclic s’opère. Les époux Vincent décident de restaurer l’étage pour le transformer en chambres d’hôtes et faire partager leur passion. La restauration qui financièrement a peu de chance d’être rentable, se fera dans l’esprit du XVe siècle tout en y ajoutant le confort moderne.

Des repas du terroir et médiévaux

Deux ans de travaux ont été nécessaires pour le couple qui s’est attelé à la tâche, hormis la pose des faïences et des plafonds suspendus.

« Mon mari venait de prendre sa retraite, raconte Isabelle. Il a donc fait le gros œuvre et restauré les cheminées. Pour ma part, je me suis occupée de la décoration comme la confection des 750 m de rideaux pour les fenêtres et les lits à baldaquin. » Les meubles inspirés de l’époque ont été réalisés par des menuisiers locaux. Aujourd’hui, Isabelle cuisine des repas du terroir et médiévaux pour ses hôtes de passage. L’ancienne nounou s’occupe de la gestion des chambres.

Lors des Journées du patrimoine, le manoir est ouvert au grand public. La propriétaire y raconte aussi ses autres passions, les tapisseries d’Aubusson ainsi que la broderie, les coiffes, activités qu’elle réalise elle-même. « Cette année, nous avons reçu plus de 500 personnes. Je suis toujours étonnée de la curiosité et de l’envie des Angevins de s’approprier leur histoire. La chapelle qui a été remeublée grâce à des dons d’instituts religieux, appartient au patrimoine de l’Anjou. Il serait dommage de priver les Angevins d’un tel capital ! »

www.manoirdurivet.fr
Contact : 06 12 94 21 15


















Angers Mag