Vacances olympiques pour une famille angevine


Rédigé par - Angers le Lundi 27 Août 2012 à 09:27


Directeur de la communication de la Ville des Ponts-de-Cé, ancien Directeur des sports à Arles, supporter d’Angers SCO et joueur de tennis, pas de doute Fabrice Villechien est un sportif dans l’âme. De là à ce qu’il organise ses vacances à Londres pour participer aux Jeux Olympiques, il n’y avait qu’un pas, ou plutôt un tunnel sous la Manche, qu’il n'a pas hésité à franchir avec sa famille.



Fabrice Villechien dans le Wembley Stadium au nord-ouest de Londres
Fabrice Villechien dans le Wembley Stadium au nord-ouest de Londres
la rédaction vous conseille
J’ai réservé mon séjour un an à l’avance, avant que les prix explosent », explique Fabrice VILLECHIEN, Directeur de la Communication à la mairie des Ponts-de-Cé. « J’avais promis aux enfants. Paris s’est fait éjecter et Londres n’est pas loin. Alors nous avons décidé, en famille, de passer nos vacances sur les bords de la Tamise ».

Restait alors à trouver des places à des prix raisonnables, sachant que celles-ci étaient commercialisées uniquement sur Internet. Un moyen qui ne posait pas de problème à notre Pont-de-Céais, habitué à naviguer sur la toile.

Compte tenu des prix pratiqués, il n’était pas question d’accéder au stade olympique de Lower Lea Valley sur le site de Stratford, dans la banlieue est de Londres. « Nous avons obtenu des places revendues par les fédérations sportives, mais à 200 € la place dans le stade olympique, nous nous sommes contentés d’un match de football féminin (40€ pour les adultes) sur le stade de Wemblay, Angleterre – Brésil, au milieu de 70 000 personnes tout de même et dans une ambiance extraordinaire, très familiale, pas celle que l’on rencontre habituellement dans les stades de foot », commente Fabrice VILLECHIEN. « En plus c’était une équipe anglaise ».

Pour le reste il y avait des écrans géants partout dans le centre de Londres et certaines compétitions, comme les épreuves cyclistes et le marathon, qui se déroulaient en ville, étaient gratuites. « À Hyde Park il y avait 5 écrans géants et 3 scènes de concert. Tout le monde était allongé sur les pelouses. L’ambiance était bon enfant. On peut dire des anglais, mais en matière d’organisation et de sécurité ils savent faire. C’est au moins 25 championnats du monde organisés en 15 jours, c’est vraiment une organisation de folie dont ils se sortent très bien », poursuit Fabrice VILLECHIEN. « Et pourtant la bière coulait à flot et les pubs étaient bien remplis, mais nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité ».


Nous avons été déçus par le club France

La pétition pour la restitution des joyaux de la couronne, au coeur de Londres
La pétition pour la restitution des joyaux de la couronne, au coeur de Londres
Le seul inconvénient note Patrice Villechien c’est que l’on ne pouvait pas acheter des entrées sur place. « Les JO étaient sponsorisés par les cartes Visa, il fallait donc utiliser cette carte sur Internet. C’était un véritable business, bien loin des valeurs de l’olympisme ».

Autre point négatif, le fameux club France, gratuit dans la journée, mais payant le soir (40 livres), avec fouille en règle à l’entrée, pour la fête en présence des sportifs. « Ca n’avait rien à voir avec le club Suisse, ou encore celui du Brésil, le prochain pays organisateur, vraiment plus accueillants. Toutes les entrées étaient gratuites, sauf pour la France ».

La famille VILLECHIEN a séjourné une semaine sur place, croisant une foule très cosmopolite, composée de touristes aux couleurs de leur pays respectif. « Les Londoniens avaient quitté leur ville. Il n’y avait donc plus d’embouteillages et ce n’était pas le chaos annoncé dans les transports ».

Les Villechien ont aussi profité de l’occasion pour visiter les différents sites touristiques et les musées (gratuits) de la capitale anglaise. Fabrice s’est même fait photographier devant les principaux sites londoniens avec un panneau appelant les Anglais à restituer les joyaux de la couronne, selon la pétition lancée dans le cadre des Accroche-cœurs d’Angers. « C’était un amusement pour lequel je n’ai jamais été inquiété. Chaque fois j’ai mis un petit commentaire à ma façon, sur ma page Facebook». Il fallait tout de même oser...




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur

Sport Pro | Sport détente | Tourisme | Cuisine










Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30




cookieassistant.com