Vendanges : « Un millésime dont on rêve »


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le 17/10/2014 - 07:19 / modifié le 17/10/2014 - 15:12


La récolte en cours est d’une très belle facture en Anjou-Saumur. 2014 devrait figurer aux tableaux des beaux millésimes des 10, voire 20 dernières années.



Vendanges : « Un millésime dont on rêve »
la rédaction vous conseille
« Les grands millésimes se font en septembre ». L’adage semble ne pas mentir cette année, et réjouit le cœur des vignerons, dont le président de la Fédération viticole de l’Anjou Laurent Ménestreau, qui tenait un point presse ce mardi 14 octobre alors que les vendanges se terminent.

Après un été particulièrement humide, qui ne laissait pas entrevoir une belle maturité des raisins, le miracle s’est produit avec une belle fenêtre de près de cinq semaines sans pluie ou presque. Conclusion, « aux trois quarts des vendanges, on peut l’assurer, on a en cave, un très beau millésime ». Il est vrai qu’après 2012 et 2013, la viticulture d’Anjou-Saumur ne pouvait qu’espérer mieux.

« Les rosés sont fruités, les blancs secs aromatiques, les rouges sont en cours, et devraient être soyeux », détaille Laurent Ménestreau, avouant un peu d’euphorie. « Les liquoreux ont un beau potentiel, mais il faut savoir être patient pour vendanger tard les raisins surmuris », complète Olivier Brault, vigneron à Brissac et trésorier de la Fédération viticole de l’Anjou.

Au-delà du plaisir gustatif accordé aux consommateurs, la filière viticole avait besoin de réussir ce millésime pour assurer l’approvisionnement de tous les marchés. Parmi les produits phares du vignoble, le cabernet d’anjou, qui représente un tiers des volumes totaux est à cours de stocks. Il s’en vend aujourd’hui 300 000 hectolitres (l’équivalent de 40 millions de bouteilles), dont 200 000 en grande distribution, avec une croissance permanente depuis 10 ans.

L’appellation se place au quatrième rang des appellations vendues en France en grande distribution. Autant dire que les producteurs ont été attentifs à la qualité et à la quantité de cabernet produit. Ils devraient être comblés. « Des millésimes de ce type, on en rêve tous » sourit Laurent Ménestreau. Et n’hésite pas à comparer 2014 à 1997, voire 2005. Quand même !













Angers Mag








Bretagne & Pays-de-la-Loire : où va l’université ?

1 Commentaire - 27/02/2017 - Jean-Luc Godet Secrétaire du SNESUP d’Angers, élu FSU au Conseil académique de l’UBL

Et les vainqueurs sont ….

0 Commentaire - 26/02/2017 - Thierry LARDEUX, journaliste spécialiste du sport à Angers Télé







Angers Mag : #Angers Dossier #précarité épisode 2 Etudiants pauvres, une autre réalité @restosducoeur... https://t.co/5mKwzPkmt7 https://t.co/RnAjOe4BSb
Mardi 28 Février - 07:33
Angers Mag : Angers : une année "charnière" présentée lors du débat d'orientations budgétaires: Les... https://t.co/lzFI4u28WV https://t.co/yr6DC76lWZ
Lundi 27 Février - 22:14
Angers Mag : Bretagne & Pays-de-la-Loire : où va l’université ?: Difficile de dessiner les... https://t.co/MOfWK5wkSK https://t.co/ltx26xPXPx
Lundi 27 Février - 07:54
Angers Mag : « A 1500€ net, je ne me sentirai plus précaire »: 1000€ net de salaire pour élever ses... https://t.co/cJER4M9cjn https://t.co/9SCQ2omnoo
Lundi 27 Février - 07:44


cookieassistant.com