Vers la création d'un campus de l'électronique à Angers ?


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 13/07/2013 - 07:58 / modifié le 02/06/2015 - 23:31


Un an après avoir annoncé leur volonté commune de créer un campus électronique, les différents acteurs de la filière en Pays de Loire ont décliné leur feuille de route stratégique, hier matin à l'Eseo. Impulsé par le cluster Lea Valley, présidé par Paul Ragin, PDG du groupe Eolane, ce projet devrait voir le jour d'ici 3 à 5 ans. La dynamique est en marche, reste à définir son lieu d'implantation. La Ville d'Angers et l'Agglo sont candidates.



Les différents acteurs du projet, élus et experts, autour de Paul Raguin, président du cluster Lea Valley et Pdg d'Eolane.
Les différents acteurs du projet, élus et experts, autour de Paul Raguin, président du cluster Lea Valley et Pdg d'Eolane.
la rédaction vous conseille
Il y a un an, jour pour jour, le 12 juillet 2012, germait l'idée de la création d'un campus électronique en Pays de la Loire sous l'impulsion du cluster Lea Valley entouré d'entreprises adhérentes du grand-ouest. Ce vendredi matin 12 juillet 2013, l'idée a fait son chemin puisque cette délégation a remis aux élus de la Région et des collectivités locales angevines sa feuille de route stratégique, à moyen terme, pour la création de cette filière électronique.

"Ce rapport pose les bases du campus de l'électronique à l'horizon 2015, a souligné Paul Raguin, président de LEA Valley et du groupe Eolane, ce vendredi matin lors d'une conférence de presse à l'Eseo. Élaboré par des chefs d'entreprise, des enseignants-chercheurs et des experts, ce rapport décline les projets opérationnels à engager dès cette année pour une création d'ici 3 à 5 ans".

Entouré des élus, Christophe Clergeau, premier vice-président du Conseil régional, Jean-Claude Antonini, président de l'Agglo d'Angers, de Frédéric Béatse, maire d'Angers et d'Eric Groud, président de la CCI de Maine-et-Loire, Paul Raguin a laissé la parole à Sébastien Rospide, le futur directeur des programmes du Campus électronique qui prendra ses fonctions au 1er septembre. Ce dernier a longuement détaillé l'architecture de cet ensemble multipolaire à vocation interrégionale.

"Ce campus reposera sur plusieurs leviers d'actions, a-t-il annoncé. Tout d'abord par la création d'une Plateforme européenne d'intégration, d'assemblage et de développement électronique (Pleiade) dont la vocation est de devenir un centre technique de référence de l'électronique professionnelle en France et en Europe". Formations labellisées, recherche scientifique fédérée et programmes d'actions collectives viendront renforcer ce campus afin de répondre aux besoins, soutenir la chaîne de valeur et renforcer les acteurs de la filière.

Une Maison de l'électronique à Angers en 2016

Pour créer de la visibilité et de la notoriété à ce projet de campus, une véritable vitrine verra le jour à Angers. "La Maison de l'électronique devrait sortir de terre, fin 2016, entre le lycée Jean-Moulin et le groupe Eseo, situés sur le plateau des Capucins", a annoncé Daniel Loiseau, vice-président de l'Agglo angevine, chargé de l'économie. Les élus communautaires ont d'ailleurs voté à l'unanimité, jeudi soir, lors du conseil d'agglo, la création de cette Maison.

Tous les acteurs de ce projet ont salué, ce vendredi matin, la pertinence et la faisabilité de ce campus. D'ici à 2015, le site de son implantation devra être choisi. Frédéric Béatse a d'ailleurs annoncé lors de ce point presse qu'"une réserve foncière initialement vouée à des constructions de logements, située aux abords du groupe Eseo, pouvait accueillir ce campus".

Enfin, côté financement, la mise en œuvre du campus de l'électronique s'appuie aujourd'hui sur un partenariat public-privé mobilisant des industriels, les collectivités et l'État. Et à ce jour, le montant des financements nécessaires (infrastructures, équipement et fonctionnement) sur la période 2013-2020 serait de l'ordre de 45 et 50 millions d'euros.

Troisième région de France

Avec environ 25 000 personnes travaillant dans 500 entreprises, les Pays de la Loire se situent au troisième rang des régions françaises pour l'industrie électronique, derrière l'Ile-de-France et la région Rhône-Alpes. La région Pays de la Loire est aussi la première de France dans le secteur de l'assemblage électronique.

"Au-delà de la région, c'est l'ensemble du grand-ouest, incluant la région Centre et Bretagne, qui dispose d'une concentration unique des compétences, a souligné Christophe Clergeau, premier vice-président de la Région. Totalisant 25 % de l'emploi de l'industrie électronique en France, cette convergence de savoir-faire permet de mettre en avant la filière électronique professionnelle et son caractère stratégique pour l'ensemble de l'économie". D'où cette volonté de créer ce campus en Pays de la Loire pour renforcer la filière et créer de l'emploi.



















Angers Mag