Vincent Salvat, Café sans filtre


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 11/05/2016 - 07:00 / modifié le 12/05/2016 - 19:19


Fort du succès remporté par le Héron Carré l’année dernière, Vincent Salvat remet ça cet été avant de céder les clés du T’es Rock Coco à la rentrée.



"Si l’Angevin dit qu’il n’y a rien à faire un vendredi ou un samedi soir, c’est qu’il se fout de la gueule du monde", Vincent Salvat (à droite sur la photo).
"Si l’Angevin dit qu’il n’y a rien à faire un vendredi ou un samedi soir, c’est qu’il se fout de la gueule du monde", Vincent Salvat (à droite sur la photo).
la rédaction vous conseille
On sent qu’il n’est pas très fan de l’exercice « presse ». Alors on hésite : est-il pressé ou méfiant ? Coupons court au suspens : ce jour-là, Vincent Salvat est pressé. Dans trois semaines, le 29 avril, il rouvrira le Héron Carré, guinguette devenue incontournable en seulement quelques jours, avec Arthur Pithon, son acolyte depuis cinq ans.

Parachuté l’été dernier au parc Balzac, en bord de Maine – « L’endroit me plaisait depuis déjà quatre ans » -, le Héron Carré attire instantanément toute la ville (ou presque), séduite tant par le cadre que par la programmation. « Ce sont des petits espaces de libertés. J’ai quand même été surpris par le succès : 700 ou 800 personnes dès le premier soir… »

Cela faisait longtemps que Vincent Salvat pensait à monter un beuglant fluvial. Depuis qu’un premier projet de guinguette flottante itinérante, sur une toue cabanée à Nevers, tombe à l’eau. « Je suis Ligérien avant tout. On n’est pas des gens de la montagne ou des gens de la mer : on est des gens la vallée. On veut de la douceur, chiller* sur les bords de flotte ».

De la douceur et du chill, c’est a priori tout ce que n’a pas trouvé Vincent Salvat au début de sa carrière. De la flotte, si. Après ses études, il rejoint les rangs de Véolia et travaille comme cartographe dans le traitement de l’eau. Il y reste plus de 10 ans avant de démissionner. « Disons que je n’ai jamais été d’accord avec le système de management français. Les multinationales ne cherchent qu’à faire tourner leurs entreprises et non pas à bien faire leur travail. Aujourd’hui, on paie ces excès-là ». Vincent Salvat est allé faire un tour place du Ralliement lors de la première Nuit debout, pour « voir ce que ça donnait », mais n’a pas l’air très emballé. « Y’a plein de choses à faire, c’est le début. Des mouvements comme celui-là font partie de l’ensemble ».
 
"Si t’aimes pas les gens, tu ne fais pas ce métier. Et là, ce n’est plus de la politique : c’est de l’amour "

Sûr que ce Nantais – arrivé en Maine-et-Loire par le Lenin Café à Chalonnes-sur-Loire -contribue à « l’ensemble »,  depuis qu’il a pris la gestion du T’es Rock Coco en 2011, après y avoir été employé. L’adresse incontournable de la rue Beaurepaire, celle qui tient chaud en plein hiver et fait transpirer en plein été, avec ses fûts, sa cave, son fumoir. « J’ai trouvé un bout de trottoir où j’ai le droit de dire ce que je veux ». Gérer le T’es Rock, un acte politique ? « Non, un acte militant : ce sont beaucoup de combats du cœur. Si t’aimes pas les gens, tu ne fais pas ce métier. Et là, ce n’est plus de la politique : c’est de l’amour ».

Vincent Salvat tient le plus vieux café-concert de la ville mais se défend de mener une action culturelle. « Aujourd’hui, on est dans une démarche parisiano-nantaise dans laquelle il faut définir des lieux en mettant l’étiquette « culturelle ». Avant, n’importe quel café faisait des concerts, sans forcément se faire appeler « café-concert » ». Alors il corrige : « On mène une action socio-culturelle. Le T’es Rock est un lieu de diffusion, d’expression, dans lequel des mecs et des nanas viennent jouer de la ‘zique, ils se baladent en France, proposent leurs trucs et s’exercent en vue, si ça marche, de se produire après dans des clubs ou des Smacs*. La musique que les groupes jouent, des fois, on s’en fout ».

Faire tourner son bar, c’est bien. « Faire bouger les lignes », c’est mieux. « En cinq ans, on peut dire qu’on a réussi : il y a eu l’arrivée du Joker’s Pub, plein de petits lieux se sont ouverts, tout le monde fait des scènes ouvertes, des petits concerts à droite à gauche. Il n’y a qu’à regarder dans le Sceno : maintenant, si l’Angevin dit qu’il n’y a rien à faire un vendredi ou un samedi soir, c’est qu’il se fout de la gueule du monde ».

Cet été, Vincent Salvat tirera ses dernières bières au T’es Rock et laissera une nouvelle équipe changer les fûts à la rentrée. Pour se contenter du Héron Carré ? « Je me connais, 5 à 6 mois de travail par an, ça ne me suffira pas. Faudra que je fasse quelque chose. Je me lève chaque jour avec 15 ou 20 nouvelles idées, j’en ai 8 milliards. » Tant mieux pour les noctambules angevins.
 
*Se la couler douce
*Salles de musiques actuelles

 

Bio express
1978 : Naissance le 21 octobre à Nantes
2007 : Démissionne en mars de Véolia
2011 : Prend la gérance du T’es Rock Coco le 4 mars
2015 : Ouvre le Héron Carré en juillet
2016 : 29 avril, ouverture de la deuxième saison du Héron Carré
Eté 2016 : Tire ses dernières mousses au T’es Rock









1.Posté par Bernard Farcy le 13/05/2016 13:21 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Fantastique article sur cet que j'admire ! Merci

2.Posté par Bernard Farcy le 13/05/2016 13:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voulais dire cet homme mais en fait c''est peut-être un acte manqué car il faudrait dire ''Cette légende'' que j''admire !








Angers Mag















Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06


cookieassistant.com