Voyage, les premières impressions européennes de Constance


Rédigé par - Angers, le 05/08/2013 - 20:05 / modifié le 07/08/2013 - 07:30


Partie d'Angers le 30 juin pour un voyage de trois mois à travers l'Europe, Constance a déjà accroché dix capitales à ses souvenirs. D'Amsterdam (Pays-Bas) à Chisinau (Moldavie), elle revient pour Angers Mag sur ce premier mois d'un périple hors du commun, entre coups de cœur, rencontres et déceptions. Et nous fait partager ses photos.



Stockholm, sans doute la ville qui a le plus séduit Contance depuis son départ.
Stockholm, sans doute la ville qui a le plus séduit Contance depuis son départ.
la rédaction vous conseille
Un désir, un rêve, un projet. Ses études bouclées, diplôme de communication en poche, Constance, 22 ans, est partie le dimanche 30 juin dernier d'Angers pour un "trip" de trois mois en solitaire à travers l'Europe. Une idée qui couvait en elle depuis plusieurs années, inspirée qu'elle était par quelques émissions télé - "Pékin Express", "J'irai dormir chez vous" - et, plus encore, par l'idée même de l'Europe. Angers Mag vous a présenté son projet le 8 juillet.

Un mois après son départ, Constance a atteint son étape la plus à l'Est, Kiev. La capitale de l'Ukraine est aussi sa plus grande déception jusqu'alors, reconnaît-elle : "J'y ai vraiment passé les pires moments du voyage. Les ukrainiens ne sont vraiment pas sympathiques. Et Kiev s'est révélée décevante, à part des églises. Le pays ma laissé un mauvais souvenir sur plusieurs points, je ne pense pas y retourner. Contrairement à d'autres capitales, qui me donnent envie revenir voir le pays entier !"

Ne nous-y trompons pas, le sentiment général qui domine dans les réactions qu'elle livre régulièrement sur son blog, c'est bien la satisfaction. Celle qu'engendre la découverte d'autres environnements et d'autres cultures. "Les idées reçues ou ce que l'on croit d' un pays, tout ça change une fois qu'on y est, explique Constance, Je ne pensais pas que Varsovie était aussi développée, je ne pensais pas que la Moldavie était si "pauvre", je n'imaginais pas Stockholm comme une ville très agréable oú je pourrai vivre, etc. A chaque à ville j'ai appris, que ce soit sur la capitale, les gens, la situation économique ou culturelle."

"Ce qui me sidère également, c'est qu'il y ait autant de différences de niveau de vie entre les pays, poursuit-elle, Je ne voyage pas qu'en Union Européenne mais bien en Europe géographique, mais je pensais pas trouver autant de contrastes. Une autre chose, c'est a quel point la jeunesse d'Europe voyage. J'ai rencontré et échangé avec des dizaines de nationalités, avec pour beaucoup l'envie de découvrir l'Europe aussi."

Des souvenirs mémorables ? "Ce sont des points de vues, des panoramas. C'est ce qui reste le plus en tête. Ça permet d'imprimer la ville dans sa mémoire. Les rencontres sont éphémères mais intenses. Les conversations peuvent durer 5 min dans un hall de gare (une prof de yoga de Moscou) ou toute une soirée avec d'autres voyageurs (aller en boite avec polonais, russe, estonien, hollandais... juste quelques minutes après mon arrivée a l'auberge)."

Un souvenir en particulier alors ? "Ma meilleure soirée s'est passée à Riga. Il pleuvait, le quartier était glauque, ça s'annonçait mal pour un samedi soir. Puis deux lituaniens de Kaunas sont arrivés pour la nuit, avec bières et vodka. Après quelques mots, on s'est retrouvé tous - suisse, chilien, japonais, norvégien... - en rond a discuter ensemble de nos pays, de nos vies, jusqu'au bout de la nuit... Le lendemain était difficile mais c'était mémorable."

Ce commentaire, c'était avant Chisinau, la capitale de la Moldavie où Constance est arrivée vendredi dernier après quelques sueurs froides au passage de frontière, liées aux tensions qui entourent la région sécessionniste de Transnistrie. Mémorable là aussi.

Suivez le voyage de Constance sur
son blog
sa page Facebook







Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag