8 Novembre 2016 - écrit par Sébastien Rochard - Lu 27 fois

Les affres du temps sondées par Christos Chryssopoulos


Roman. Depuis une petite dizaine d'années, l'écrivain grec Christos CHRYSSOPOULOS trace un sillon singulier dans la littérature hellène et européenne. Témoin des affres de notre temps, la plus grande partie de son œuvre est éditée en France aux éditions Actes Sud.
Dernier en date, "La Tentation du Vide, Shunyata", vient confirmer un talent déjà largement aperçu avec "La Manucure (2005) ou "Une lampe entre les dents" (2013).

L'histoire, c'est celle d'une nuit de drame, au printemps 1951, dans une petite ville terne et sans histoire, Williamstown, sur la côte ouest des Etats-Unis, où 14 jeunes et adolescents se donnent la mort la même nuit. On pense inévitablement au Virgin suicides de Sofia Coppola, mais du point de vue de la narration, toute la première partie évoque De Sang-Froid et la narration chirurgicale (et géniale) de Truman Capote.
 
Un petit délice de lecture qui prend un tour ésotérique et/ou philosophique à l’heure de mettre des causes et des mots sur la tragédie. Actes Sud a également réédité dans sa version poche (Babel), « La Destruction du Parthénon », une réflexion à plusieurs voix sur l’identité d’un pays, d’une ville, d’une génération amputée de son joyau, le Parthénon, pulvérisé par un homme à l’orée du XXe siècle. Le tout en 100 pages. 

« Le rôle, y compris politique, de la littérature est de montrer les contradictions d’une situation, de rendre complexe ce qui paraît simple, étrange le familier. Je crois que la politique ne se fait pas en travaillant l’identité, mais en attaquant le système », appuie Chrystos Chryssopoulos...

"La tentation du vide, Shunyata", éditions Actes Sud, 18 €.




              

Nouveau commentaire :


Profil
Sébastien Rochard




Derniers tweets

Partager ce site
Facebook
Twitter
Flickr
Rss