En rural, innover pour freiner l’évasion médicale

DOSSIER SANTÉ : SOIGNONS GROUPÉS # 2


Rédigé par - Angers, le 30/03/2017 - 07:15 / modifié le 31/03/2017 - 00:25


Comment maintenir une offre de santé satisfaisante dans des milieux que semblent fuir les professions médicales ? A Seiches-sur-le-Loir, la réflexion débute. A Baugé, elle a donné naissance à une maison pluridisciplinaire unique dans la région où nous sommes allés recueillir un premier retour d'expérience.



Viriginie (orthophoniste), Pauline (kinésithérapeute) et Nicolas (podologue), trois des professionnels réunis au sein de la maison de santé plurisdisciplinaire de Baugé-en-Anjou.
Viriginie (orthophoniste), Pauline (kinésithérapeute) et Nicolas (podologue), trois des professionnels réunis au sein de la maison de santé plurisdisciplinaire de Baugé-en-Anjou.
la rédaction vous conseille
Parce que le territoire angevin n’est pas uniforme, les problématiques liées à l’accès aux soins n’y sont pas les mêmes dans sa ville-centre et dans ses bordures. En 2013, un rapport du Conseil de Développement d’Angers sur l’offre de santé dans les territoires ruraux avait mis en évidence déjà deux enjeux : le vieillissement des médecins généralistes d’une part, et leur moindre densité sur les communautés de communes du Loir et de Vallée Loire Authion d’autre part. Pas au point de faire classer ceux-ci en territoires fragiles par l’ARS. Mais de quoi appeler les élus locaux à la vigilance.

« Oui c’est un sujet d’inquiétude. Deux de nos quatre généralistes vont partir en retraite d’ici à 5 ans et je viens seulement d’aborder le sujet avec l’un d’eux » confirme Marie-Claire Marion, l’adjointe aux affaires sociales de Seiches-sur-le-Loir, commune qui concentre à elle-seule l’essentiel de l’offre de santé du secteur. « Ça m’interroge de mon point de vue sur le rapport de l’ordre des médecins à l’équilibre territorial » prolonge Patrice Daviaud, maire de Marcé et responsable des questions sociales à la nouvelle communauté de communes Anjou Loir et Sarthe dans laquelle s’est fondue la com-com  du Loir. 
"Je travaillais seule chez moi avec une collègue. Je vois aujourd’hui tout le bénéfice d’un partage de compétence et de la coordination entre professionnels."

Plus à l’est de Seiches, élus et professionnels de santé de Baugé-en-Anjou ont pris le taureau par les cornes à partir de 2012 pour freiner l’évasion médicale à laquelle semblait condamnée la commune. Comment ? En transformant un projet de maison médicale –comme il en existe de nombreux désormais en Anjou (voir notre carte plus bas)- en maison pluridisciplinaire de santé. La différence ? La diversité de l’offre, enrichie de la présence d’infirmiers, kinés, sages-femmes, podologues, orthophonistes, diététiciens, radiologues et psychologues… Au total, 37 professionnels de santé réunis dans un bâtiment flambant neuf de 2 300 m2 dont le coût -3,2M€- a reçu un soutien appuyé de la Région et de l’Europe. « Parce que ce projet s’est intégré dans un contrat local de santé, insiste Philippe Chalopin, le maire, A partir du moment où on a pris la décision politique, l’Agence régionale de santé nous a soutenu. »

« Je travaillais seule chez moi avec une collègue. Je vois aujourd’hui tout le bénéfice d’un partage de compétence et de la coordination entre professionnels,
témoigne Virginie Rousseau, orthophoniste et locataire –comme tous ses voisins- du Pôle Santé de Baugé-en-Anjou, Parce que dans notre milieu rural, nous voyons beaucoup de gens démunis dont les problématiques dépassent nos seules compétences. » Ainsi, chaque 1er jeudi du mois, les situations médicales dites « complexes » font l’objet au sein du pôle d’une réunion de coordination, pour définir et partager la meilleure stratégie médicale.

« En terme d’efficacité, il n’y a pas photo entre se dire les choses entre quatre yeux ou envoyer un mail ou un courrier. Le projet de santé est notre bien commun » appuie Nicolas, l’un des podologues de la maison. « Pas convaincue au départ du projet», reconnait-elle, Pauline Corth en loue les bénéfices aujourd’hui. Son cabinet de kinés s’est enrichi d’un 5e membre et dispose désormais d’un bassin de balnéothérapie pour compléter son offre de soins : « Tous ceux qui sont là y ont trouvé un intérêt professionnel. »
 

Les Maisons de santé en Maine-et-Loire
Parmi les départements de la région des Pays-de-la-Loire, le Maine-et-Loire est le plus avancé en terme de Maisons de santé pluridisciplinaires (MSP), avec 21 projets d'ores et déjà en oeuvre. Pour rappel, le vocable de Maison de santé signifie avant tout un projet de santé porté par des professionnels, et pas forcément un lieu "physique" où se regroupe l'ensemble des professionnels. A titre d'exemple, la MSP de Thouarcé est dispersée sur quatre sites différents. 
Sur le pôle métropolitain d'Angers, une MSP devrait être validée à Ecouflant au mois de juin. Et deux projets, en lien avec les opérations de renouvellement urbain, sont évoquées dans les quartiers Belle-Beille et Monplaisir, mais pas à court terme.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS