Ouverture dominicale : l’appel au boycott des syndicats angevins


Rédigé par - Angers, le 03/12/2013 - 07:34 / modifié le 03/12/2013 - 15:52


Alors que Jean-Paul Bailly, l’ancien président de la Poste, préconise d’élargir les possibilités d’ouverture dominicale des commerces, les syndicats de salariés font front commun pour empêcher que le dimanche devienne un jour comme les autres. A Angers ils invitent les consommateurs à ne pas se rendre dans les magasins ouverts le dimanche.



Les syndicats réunis hier soir à la Bourse du Travail d'Angers
Les syndicats réunis hier soir à la Bourse du Travail d'Angers
la rédaction vous conseille
Souhaitée par les commerçants du centre-ville, soutenue désormais par le maire d’Angers, l'ouverture dominicale les deux dimanches précédant Noël, les 16 et 23 décembre, ne fait pas l’unanimité, notamment du côté des syndicats qui ne décolèrent pas.

Les six principales organisations syndicales de salariés présentes à Angers - CFDT, CGT, FO, CFTC, FSU et Solidaires - s’en prennent désormais au maire d’Angers, Frédéric Béatse, qu’ils accusent de faire le jeu du patronat. « Nous avons rencontré le maire et le président de l’agglo, ils nous ont dit qu’ils tentaient l’expérience et qu’elle ne serait peut-être pas reconduite l’an prochain », déclaraient en substance les représentants des syndicats. « On nous a promis des chiffres au printemps, mais ils seront comparés à la fermeture de l’année précédente. Sûr qu’ils seront bons et serviront à confirmer le choix du maire pour maintenir ces ouvertures ».

Les syndicats dénoncent surtout le premier pas de la collectivité qui risque par la suite de confirmer la règle. D’autant que l’Atoll, sera également ouvert, pendant les deux mêmes week-ends, emboitant le pas aux commerces du centre-ville. « A l'Atoll, ce sont principalement des commerces d’ameublement. Un arrêté stipule pourtant qu’ils ne peuvent pas être ouverts et une dérogation ne peut pas se substituer à un arrêté », soulignent les syndicats. Du coté de l’Atoll, la direction précise que « pour être dans le cadre de la loi telle qu’elle existe aujourd’hui, les magasins d’ameublement et de décoration seront ouverts mais ne pourront pas procéder à des ventes de meubles ».

Pour inciter les collectivités à ne pas renouveler l’expérience, ces derniers s’appuient sur une pétition contre l’ouverture le dimanche effectuée auprès des employés des commerces d’Angers. « 300 d’entre-eux, opposés au travail le dimanche, ont signé la pétition», affirment les syndicats. Cette pétition avait d’ailleurs soulevé l’indignation du GEC (Groupement d’entente du commerce) de Maine et Loire qui dénonçait, par la voix de son président, Fabien Rebours, « une méthode fausse et mensongère, les syndicats faisant croire que les magasins seront ouverts tous les dimanches, alors que nous ne parlions que des dimanches de Noël. Il faudrait qu’ils comprennent la situation économique du commerce angevin ».

" Les salariés cèdent sous la pression économique "

Pour les syndicats, Noël ou pas il n’est pas question d’ouvrir le dimanche, ce jour étant considéré comme un jour de repos nécessaire aux salariés. « Ce n’est pas en ouvrant le dimanche que les commerçants gagneront plus d’argent, les consommateurs n’en ont pas plus à dépenser. En plus ils sont contraints de payer des heures supplémentaires. Un sondage effectué dans une grande surface de la périphérie d’Angers démontre que 75% des employés ne sont pas favorables au travail le dimanche. Celle-ci va devoir faire venir du personnel d'autres magasins.»

Les syndicats pointent du doigt les bas salaires qui conduisent à une certaine précarité et une obligation d’accepter le travail le dimanche. « Les salariés cèdent sous la pression économique. S’ils acceptent, tout le monde devra travailler, y compris ceux qui font actuellement leurs courses le dimanche. Pourquoi ne pas ouvrir la nuit pendant que nous y sommes ».

Convaincus qu’il est nécessaire, pour la santé des travailleurs, de conserver le repos dominical, les représentants syndicaux appellent les consommateurs « à ne pas se rendre dans les magasins ouverts le dimanche », considérant que ces dispositions, « qui ne créent pas d’emploi, contrairement à ce que l’on peut entendre, détruisent la vie familiale et culturelle ».





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par lolo le 05/12/2013 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je réagit une seconde et dernière fois.
Je suis assez dubitatif de voir à quel point sont experts dans tous les domaines : micro-économie, macro-économie, emploi, commerce, marketing, sociologie...
Je vois aussi que certains souhaitent conserver le pré-carré ("il faudra encore plus compresser les effectifs la semaine dans les magasins").
Le pré-carré est d'autant plus conservé puisque l'on nous dit "les candidats au travail le dimanche ont la liberté de travailler dans des activités qui créent ...

5.Posté par citoy le 04/12/2013 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donner la liberté de travailler le dimanche dans la grande distribution, c'est donner la liberté au renard de faire son massacre dans le poulailler, elle permet de priver un plus grand nombre de personnes de la possibilité de travailler et de gagner sa vie: les personnes qui travaillent déjà ou veulent travailler la semaine dans la grande distribution, car il y aura moins de ventes faites en semaine dans les magasins, le client ayant acheté quelque chose le dimanche ne l'achètera plus en sema...

4.Posté par IVC le 04/12/2013 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai ça : l'argent que j'irai dépenser le dimanche sera de l'argent que j'ai en plus. Il ne sera pas dépensé au détriment des autres jours de la semaine. tous les clients auront plus de pouvoir d'achat quand les magasins seront ouverts le dimanche.
Quelle fumisterie ! En quoi ces ouvertures procureront-elle de la richesse à qui que ce soit ? Le chiffre d'affaire global restera le même. Les seuls qui en profiteront seront ceux qui ouvriront avant les autres. Mais une fois que ces habitud...

3.Posté par Je vis avec mon temps le 03/12/2013 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On n'entend pas les syndicats manifester quand les chaînes décident d'ouvrir tous les jours fériés de l'année au dépend des fêtes nationales, des événements religieux et même des morts: est il plus acceptable de travailler le 11 novembre alors même qu'on souhaiterait honorer ses morts plutôt qu'un dimanche de Noël alors que tout le monde est dans la joie précédant les fêtes?
Toujours est il que pour beaucoup de commerçants, le chiffre d'affaire de ces dimanches est attendu comme le messie pour...

2.Posté par lolo le 03/12/2013 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les syndicaliste ne font que protéger les acquis de ceux qui ont encore un boulôt au dépends de ceux qui n'en ont pas. Un peu moins d'acquis et plus d'emploi ce serait pas moins démago ?
Ce serait bien de penser aussi à ceux qui galèrent pour bosser et qui voudraient bien travailler le dimanche car c'est pas la joie toute la journée. Au lieu de ça, les syndicats protègent leurs propres acquis et ceux de ceux qui en ont déjà un, histoire que le fossé entre les précaires et les nantis en CDI ne ...

1 2







Angers Mag